Dimanche 10 Décembre 2017
(Le Point 23/11/17)
L'impossibilité de ne pas penser à son impact sur la présidentielle d'avril 2019 donne à cette élection locale une dimension particulière. Rue Didouche-Mourad, artère principale de l'hyper-centre d'Alger : deux panneaux d'affichage électoral résument l'attitude des Algérois vis-à-vis des élections locales de jeudi prochain. Jeunes dans la campagne L'un des panneaux est par terre, « détruit par des jeunes du quartier qui se sont acharnés sur les affiches », explique Nabil, un riverain, désabusé. « C'est normal, ils ne croient plus aux promesses des candidats », ajoute-t-il. Le second panneau est intact : « Là, ce sont d'autres jeunes qui se sont interposés contre leurs propres voisins du même âge. » « Les jeunes du quartier sont impliqués dans la...
(Affaires Stratégiques 23/11/17)
Le nouvel envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental, l'ex-président allemand Horst Koehler, s'est dit "encouragé" mercredi après une réunion à huis clos du Conseil de sécurité à qui il a décrit sa première tournée dans la région. Le responsable a refusé d'en dire plus, tandis qu'un membre de son entourage lançait: "Pas de commentaire". Le président en exercice du Conseil de sécurité en novembre, l'ambassadeur italien Sebastiano Cardi, a ensuite lu des "éléments à la presse", soulignant le "soutien" de ses membres aux démarches de l'envoyé spécial.
(Xinhua 23/11/17)
- Les bureaux de vote pour les élections locales en Algérie se sont ouverts jeudi à 08h00 (07h00 GMT), et ce jusqu'à 19h00 (18h00 GMT) sur l'ensemble du territoire national. Quelque 23 millions d'Algériens sont invités à élire leurs futurs représentants au niveau des 1.541 Assemblées populaires communales (APC) et 48 Assemblées populaires de wilayas (APW, départementales) pour un mandat de cinq ans.
(Le Point 22/11/17)
Jeudi 23 novembre, les Algériens retournent sans enthousiasme aux urnes pour élire leurs assemblées populaires communales (mairies) et leurs assemblés populaires des wilayas (villes). Écrasée sous un soleil de plomb, le marché des Trois-Horloges dans le quartier populaire de Bab-el-Oued à Alger grouille de monde dans l'après-midi du dimanche. C'est le dernier jour de la campagne électorale. Sur le chemin étroit qui sépare les tables de fruits, de légumes, de vaisselles et de sous-vêtements masculins, seule une affiche du PNA (Parti national algérien créé après 2011), visible sous le parasol qui couvre la marchandise d'Abdellah, rappelle les élections locales.
(Jeune Afrique 22/11/17)
Les Algériens reprendront le chemin des urnes jeudi pour élire leurs responsables locaux. Enjeu principal de ce scrutin marqué par une campagne morose : (re)mobiliser les électeurs. Reportage. Vendredi, quelques minutes avant la prière. Habillés de gilets oranges, quelques militants longent les trottoirs clairsemés de la célèbre rue Didouche Mourad, en plein cœur d’Alger-Centre. Dans leur marche, ils distribuent des prospectus appelant à voter pour le maire sortant, Abdelhakim Bettache. Un sympathisant tente de convaincre deux hommes, assis en terrasse autour d’un café : « Si vous l’élisez, vous votez pour l’indépendance ». Vainqueur il y a cinq ans sous l’étiquette du Mouvement populaire algérien (MPA)....
(Jeune Afrique 22/11/17)
À quelques jours des élections locales prévue ce jeudi 23 novembre, le youtubeur subversif algérois vient de publier une nouvelle vidéo dans laquelle il fustige une élite qui s'est accaparée les richesses du pays, laissant la population livrée à elle-même. En quatre jours, sa vidéo à réalisé près de 4 millions de vues sur YouTube. Un clip bouleversant, et c’est peu dire. Anes Tina y pousse un cri de révolte face aux désillusions et aux souffrances des Algériens, dans un pays où le pouvoir est de plus en plus critiqué. « Ana Zaâfane » (« Je suis fâché ») est le titre – et en même temps le refrain- de cette nouvelle vidéo publiée le vendredi 17 novembre. Constat glaçant...
(La Tribune 22/11/17)
Le gouvernement algérien vient d'annoncer le lancement de trois nouveaux projets de production d'électricité dans la ville de Biskra d'ici à 2023. Il s'agira de la centrale de la commune d'Oumèche qui produira 400 mégawatts d'ici à 2020, de deux nouvelles centrales de capacité respective de 1 400 mégawatts à mettre en place à l'horizon 2023. L'objectif est de faire de cette localité un pôle national de production d'électricité. Désormais engagée sur la voie de la diversification de ses ressources énergétiques, l'Algérie projette la construction de trois nouvelles centrales à l'horizon 2023 à Biskra pour permettre au pays d'atteindre ses objectifs en matière de mix énergétique. «Biskra deviendra à l'horizon 2023 un pôle de production de l'électricité à la faveur...
(La Tribune 22/11/17)
Du 12 au 18 novembre 2017, en Algérie, les prix de la pomme de terre, l'oignon sec, la courgette et la datte au niveau des marchés de détails et du gros ont connu une augmentation. Pendant ce temps, les prix de la tomate et de l'orange sont à la baisse alors que les prix des autres produits comme la carotte, gardent une certaine stabilité. Détails. D'après la note de conjoncture sur le suivi des prix agricoles élaborée par l'observatoire national des filières agricoles et agroalimentaires (ONFAA), sur le marché des détails et du gros, les prix de la pomme de terre, l'oignon sec, la courgette n'ont pas cessé d'augmenter durant la semaine du 12 au 18 novembre 2017. Les études...
(MondAfrique 21/11/17)
Après une mainmise indiscutable sur le marché automobile algérien, le plus important d’Afrique, se heurte à Hyundai, un concurrent asiatique de taille. Le concurrent de Renault s’appelle Hyundai. Le constructeur sud-coréen est en force en Algérie depuis 2016. Après avoir connu une chute significative en 2012 et 2013 en raison d’une alliance contre-productive avec le patron de Cevital, Issad Rebrab, Hyundai soigne sa santé depuis 2016 grâce à un partenariat très solide, l’influent milliardaire Mahieddine Tahkout. Avec cet homme d’affaires, l’un des plus riches et puissants en Algérie, Hyundai ouvre sa première usine en Algérie et en Afrique du nord.
(MondAfrique 21/11/17)
Le nom de Saïd Bouteflika, le nom du frère du Président de la République, est devenu un “fonds de commerce”. Et cela ne plait guère au principal intéressé. Saïd Bouteflika est un nom qui rapporte en Algérie. Et de plus en plus de lobbyistes, d’homme d’affaires et d’homme de médias l’utilisent comme un “fonds de commerce” pour obtenir des marchés, réaliser des projets ou résoudre des blocages. Et le frère ainsi que conseiller influent d’Abdelaziz Bouteflika commence à trouver ces “usages indélicats” très révoltants. Selon des sources très proches de l’entourage du frère du président Algérien, Saïd Bouteflika a poussé récemment à Alger depuis la résidence présidentielle de Zéralda un véritable coup de gueule contre ceux et celles qui utilisent...
(AFP 21/11/17)
La directrice d'un quotidien algérien a mis fin lundi à Alger à une semaine de grève de la faim lancée pour protester contre les "pressions" financières de l'Etat sur son journal, privé selon elle de publicité pour des raisons politiques. "J'ai pris cette décision sur les recommandations de mes médecins. Mon corps ne supporte plus", a déclaré Hadda Hazem, directrice du quotidien arabophone El Fadjr, à l'issue d'un rassemblement de soutien. Une centaine de journalistes, parlementaires et militants d'opposition s'étaient réunis devant le siège de son journal à l'appel d'un comité de soutien. Ils ont réclamé la levée du monopole de l'organisme chargé de gérer la publicité...
(Jeune Afrique 21/11/17)
Hadda Hazem, directrice du quotidien algérien El Fadjr a suivi une grève de la faim d'une semaine contre un boycott publicitaire qu'elle estime être politique. Certains de ses confrères demandent la levée du monopole sur la distribution de publicité publique. Hadda Hazem, directrice du quotidien algérien El Fadjr, était en grève de la faim depuis le 13 novembre. La raison : à l’en croire, le titre qu’elle dirige est victime d’un boycott de la part de l’Agence nationale d’édition et de publicité (Anep). L’Anep est une régie publicitaire, chargée de centraliser et distribuer la publicité publique. Hazem assure ne plus recevoir de publicités d’entreprises publiques depuis un passage sur le plateau de France 24 le 9 août 2017, durant lequel...
(Xinhua 21/11/17)
L'Algérie a enregistré durant les dix premiers mois de 2017 un déficit commercial de 9,5 milliards de dollars américains, contre 14,4 milliards de dollars à la même période de l'année dernière, ce qui correspond à une baisse de 34%, a indiqué lundi le Centre national de l'informatique et des statistiques (CNIS) relevant des douanes algériennes. Cette baisse du déficit commercial est la résultante de la politique de réduction des importations et du raffermissement des prix du pétrole depuis le début de l'année. En 2016, l'Algérie a accusé un déficit de 17,84 milliards de dollars, contre 13,71 milliards en 2015, après avoir enregistré un excédent de 4,306 milliards de dollars en 2014. Le CNIS a précisé qu'entre janvier et octobre 2017,...
(Xinhua 21/11/17)
Un total de 46 ressortissants algériens retenus en Libye ont été rapatriés lundi vers leur pays, a indiqué le porte-parole du minitère algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, cité par l'agence officielle APS "Les efforts ont été couronnés de succès dans la mesure où l'ensemble des citoyens algériens, au nombre de 46, ont été libérés sur trois vagues, respectivement les 17, 18 et 19 novembre courant et ont été rapatriés par route, via la Tunisie, hier 19 novembre 2017", a fait savoir le diplomate algérien, sans pour autant préciser les raisons de leur détention. Cette opération n'est pas la première du genre pour l'Algérie, ont fait remarquer des observateurs locaux. Le 14 juin dernier, 54 ressortissants algériens qui étaient...
(Le Monde 21/11/17)
Pour notre chroniqueur, les images d’êtres humains vendus interpellent notre humanité et font écho aux récits glaçants qui proviennent des routes d’exil. Une vidéo de la chaîne américaine CNN montrant des Subsahariens vendus aux enchères en Libye a provoqué une vague d’indignation sur le continent africain. L’émotion des intellectuels, militants de la société civile et simples citoyens a poussé les leaders politiques à réagir. Les communiqués « émus » et « indignés » sont sortis des palais présidentiels pour dénoncer cette barbarie. Le Guinéen Alpha Condé dénonce « une ignominie », le Sénégalais Macky Sall et le Nigérien Mahamadou Issoufou parlent d’une « pratique d’un autre âge », tandis que leur homologue togolais, Faure Gnassingbé, évoque, lui, « une infamie...
(Le Figaro 20/11/17)
Farouk Ksentini, avocat algérien et ex-président de la Commission nationale consultative pour la protection et la promotion des droits de l’Homme (CNCPPDH), estime que le président algérien Abdelaziz Bouteflika souhaite se présenter à sa réélection : « J’ai rencontré la semaine dernière le président Abdelaziz Bouteflika. Nous avons discuté pendant une heure. C’est la quatrième fois que je le rencontre cette année. Je le connais depuis plus de trente ans. J’ai constaté qu’il a un grand désir de se représenter pour un cinquième mandat. C’est son droit et nous le soutenons. La Constitution ne l’empêche pas de se présenter pour un autre mandat. Il faut que le choix des urnes soit respecté. Je connais bien le président. Il veut rester...
(AFP 20/11/17)
La directrice d'un quotidien algérien a mis fin lundi à Alger à une semaine de grève de la faim lancée pour protester contre les "pressions" financières de l'Etat sur son journal, privé, selon elle de publicité institutionnelle pour des raisons politiques. "J'ai pris cette décision sur les recommandations de mes médecins. Mon corps ne supporte plus", a déclaré Hadda Hazem, directrice du quotidien arabophone El Fadjr, à l'issue d'un rassemblement de soutien. Une centaine de journalistes, parlementaires et militants d'opposition s'étaient réunis devant le siège de son journal à l'appel d'un comité de soutien. Ils ont réclamé la levée du monopole de l'organisme chargé de gérer la publicité des administrations et entreprises publiques, scandant: "Non au chantage par la publicité!"...
(Le Point 20/11/17)
Le nouveau projet de loi sur la santé propose d'élargir le champ de l'interruption thérapeutique de grossesse. De quoi relancer le débat sur une question sociétale sensible. «  J'ai suivi durant quelques années un jeune atteint de trisomie 21 qui était condamné dès sa naissance. L'enfant, qui avait une malformation cardiaque et un asthme sévère dès son plus jeune âge, a été abandonné par ses parents. Chacun a refait sa vie. Il a été pris en charge par sa tante maternelle jusqu'à son décès à la suite de complications respiratoires », se souvient Salim, un pneumologue à Alger. Ses souffrances auraient pu être évitées si l'interruption de grossesse n'était pas interdite pour ce genre de cas. L'avortement, un délit en...
(AFP 20/11/17)
Un fondateur d'une association de proches de disparus de la guerre civile en Algérie a été condamné à cinq ans de prison ferme après la diffusion, qu'il nie, d'images assimilées à une "apologie du terrorisme", a indiqué dimanche un de ses avocats. Arrêté en février et détenu depuis, Rafik Belamrania, un "militant des droits de l'Homme, a été condamné à cinq de prison ferme. C'est énorme", a déclaré à l'AFP Me Mustapha Bouchachi. Il a précisé que le jugement avait été prononcé le 15 novembre par un tribunal de Jijel, à 350 km à l'est d'Alger. Rafik Belamrania est l'un des fondateurs de l'association Mech'al ("La Torche")...
(Agence Ecofin 20/11/17)
Au terme du mois d’octobre 2017, la production pétrolière de l’Algérie a chuté de 0,46% à 32,59 millions de barils par jour par rapport au mois de septembre. L’information a été donnée par le rapport mensuel de l’OPEP publié la semaine dernière. En septembre, la production était de 1,050 million de barils par jour alors qu’en octobre, elle était de 1,012 million de barils par jour, soit une baisse de 38 400 barils par jour, précise TSA Algérie. Toutefois, l’OPEP signale que des documents officiels montrent une plus forte diminution de la production sur la période, soit 66 000 barils par jour. Ces documents n’ont pas encore été rendus disponibles. Les raisons de cette chute n’ont pas été mentionnées mais...

Pages