Mercredi 18 Avril 2018
(Jeune Afrique 05/03/18)
Le groupe espagnol de l'agroalimentaire, Dulcesol, a décidé d'investir 4,5 millions d'euros pour lancer une nouvelle ligne de production dans son usine en Algérie. Ce nouveau financement vient s'ajouter au 13 millions d'euros mobilisés pour l'installation de l'usine en 2014. Le groupe espagnol Dulcesol vient de décider le renforcement des activités de son unité de production en Algérie avec un investissement de 4,5 millions d'euros. D'après l'agence espagnole EFE, cet investissement est destiné au lancement d'une nouvelle ligne de production qui augmentera les volumes de production de l'unité algérienne de plus de 40%. et consolidera consolider sa position de leader sur le marché algérien. 1850 kg/heure de production Selon le management de Dulcesol, cité par la presse espagnole, cette décision...
(Xinhua 05/03/18)
L'Algérie a, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, condamné dimanche et d'une manière "ferme et sans équivoque" le double attentat terroriste perpétré vendredi dans la capitale burkinabè, Ouagadougou. En exprimant la solidarité de son pays avec le peuple et le gouvernement burkinabè, le diplomate algérien a rappelé, dans une déclaration rapportée par l'agence officielle APS, "la position ferme et sans équivoque de l'Algérie condamnant le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations". Vendredi, une double attaque terroriste qui a ciblé l'ambassade ...
(Jeune Afrique 02/03/18)
Six mois après son retour, Ahmed Ouyahia, le détenteur du record de longévité au poste de Premier ministre d'Algérie semble déjà sur le fil du rasoir. Enquête dans les coulisses du pouvoir. Depuis le début de l’année, les rumeurs le disaient lâché par l’entourage du chef de l’État. Certains juraient la main sur le cœur qu’il serait limogé dès son retour du sommet de l’UA d’Addis-Abeba (22-29 janvier), où il représentait le président Bouteflika, et que le nom de son remplaçant était déjà choisi. Bien sûr, lui, qui accorde beaucoup d’attention aux rumeurs et qui lit les bulletins de renseignement quotidiens (BRQ) dès qu’il arrive à son bureau au petit matin, n’ignore rien de ces bruits. Mais il en faut...
(Agence Ecofin 01/03/18)
La Turquie ambitionne de donner un coup d’accélérateur à ses échanges commerciaux avec l’Algérie, son « plus grand partenaire » en Afrique, a fait savoir ce mardi le président turc Recep Tayyip Erdogan (photo), dans son allocution à l'occasion de l'ouverture du Forum d'affaires algéro-turc. « Le volume des échanges commerciaux bilatéraux est actuellement d'environ 3,5 milliards de dollars et passera à 5 milliards dans les plus brefs délais, puis à 10 milliards de dollars dans une prochaine étape.», a promis le président turc. Dans ce sens, la Turquie espère le renforcement des facilités offertes par Alger aux investisseurs turcs désireux de s’installer sur le sol algérien. Par ailleurs, cette visite qui marque une nouvelle dynamique de la coopération entre...
(Jeune Afrique 01/03/18)
Après Alger et Nouakchott, le président turc Recep Tayyip Erdogan devrait arriver ce mercredi soir à Dakar, dans le cadre de sa tournée africaine, prévue du 26 février au 2 mars. Fermeture des écoles Gülen, diplomatie économique… Focus sur les enjeux de cette tournée africaine. Il s’est rendu dans plus de 30 pays d’Afrique, d’abord en tant que Premier ministre (2005-2014), puis en tant que président de la République. Cette fois, Recep Tayyip Erdogan a choisi quatre pays du continent – l’Algérie, le Sénégal, la Mauritanie et le Mali – pour sa première grande tournée diplomatique de l’année 2018. Il connaît déjà bien l’Algérie, principal partenaire commercial de la Turquie en Afrique, et entretient de cordiales relations avec Abdelaziz Bouteflika,...
(MondAfrique 01/03/18)
Les autorités algériennes ont procédé à des rafles de centaines de personnes d’Afrique subsaharienne depuis janvier 2018 – dont des femmes et des enfants – et expulsé beaucoup d’elles vers le Niger, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les autorités privent les personnes arrêtées de leur droit de contester leur détention et leur possible expulsion, ont déclaré certaines d’entre elles. À l’instar des vagues d’arrestations qui avaient eu lieu en octobre 2017 et en décembre 2016, les forces de sécurité ont arrêté les gens par groupes, dans la rue ou sur des chantiers du bâtiment, où beaucoup travaillent. La majorité – voire la totalité – d’entre eux ont été emmenés dans un centre situé à Zeralda, en périphérie de la...
(Xinhua 01/03/18)
La consommation de l'Algérie en carburants a été de 14,68 millions de tonnes (Mt) en 2017, contre 14,94 millions une année auparavant, ce qui représente une baisse de 1,7%, a indiqué mercredi l'Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH). La même source précise que la tendance baissière a été confirmée pour le gasoil (-2,3%) et l'essence super (-12,4%). Par contre, la consommation des essences sans plomb et normale ont augmenté respectivement de 5,4% et de 1,8%. Mais la hausse la plus spectaculaire a été enregistrée dans le gaz de pétrole liquéfié (GPL). Ce carburant a connu une consommation de 456.978 tonnes en 2017 contre 351.571 tonnes en 2016, une hausse de près de 30%. En termes de montants d'importation, la facture...
(RFI 01/03/18)
Les Etats-Unis ont publié une nouvelle liste noire de groupes terroristes. L'objectif pour le département d'Etat américain est de lutter contre le financement de ces organisations. Sur cette nouvelle liste, sept groupes jihadistes sont affiliés à l'organisation Etat islamique, dont cinq se trouvent sur le continent africain. Parmi les groupes désignés par le département d'Etat américain comme affiliés à l'organisation Etat islamique en Afrique, on retrouve Jund al-Khilafa, en Tunisie. Apparu début 2014, ce groupe a prêté allégeance à l'EI en décembre de la même année. Il a mené plusieurs attaques en Tunisie et menace de s’en prendre à des hauts responsables politiques, dont le ministre de l'Intérieur. Les membres de cette organisation basée dans la zone frontalière avec l'Algérie...
(La Tribune 28/02/18)
Un décret du président algérien Abdelaziz Bouteflika entérinant l'accord algéro-italien portant sur les transports maritimes a été publié dans le Journal officiel du pays du mois de février 2018. Signé à Alger il y a près de 5 ans déjà, il s'agit d'un texte qui facilitera la coopération dans le secteur maritime entre les deux pays concernés. L'accord entre l'Algérie et Italie sur les transports maritimes est désormais applicable. Un décret présidentiel ratifiant l'accord a été rendu public dans le Journal Officiel par les autorités algériennes. Il s'agit d'un texte signé le 14 novembre 2012 à l'occasion du sommet Algérie-Italie et qui « vise à promouvoir et développer la navigation maritime et l'industrie de transports maritimes entre les deux pays...
(Agence Ecofin 28/02/18)
Lundi 26 février, la société publique algérienne en charge des hydrocarbures, Sonatrach a annoncé la mise en service, deux jours plus tôt, du champ gazier onshore Timimoun, situé à Hassi-Barouda, 250 km au nord du chef-lieu de la wilaya d'Adrar, dans le Sud algérien. L’information a été rapportée par l’agence de presse algérienne APS. Le champ contrôlé par Sonatrach à hauteur de 51% et la société française Total (37,75%), et la société espagnole Cepsa (11,25%), produira 1,8 milliard de mètres cubes de gaz naturel à partir de 37 puits. Timimoun fait partie de trois projets phares opérés par Sonatrach dans la région dont Reggane Nord qui est entré en service à la fin du mois d’octobre 2017 et qui devrait...
(Jeune Afrique 28/02/18)
Selon un magistrat d'Alger, qui a exercé au sein d'un organisme anticorruption, l'ex-ministre algérien de l’Énergie Chakib Khelil, accusé de trafic d'influence, ne serait pas à l'abri d'éventuelles poursuites de la justice algérienne. L’ex-ministre algérien de l’Énergie Chakib Khelil est-il réellement à l’abri des poursuites engagées contre lui en août 2013, comme l’affirme le Premier ministre, Ahmed Ouyahia ? Pas si sûr, estime un magistrat d’Alger qui a exercé au sein d’un organisme de lutte contre la corruption. « Les crimes pour lesquels Chakib Khelil a été inculpé [corruption, trafic d’influence, abus de fonction, blanchiment d’argent et direction d’une association de malfaiteurs et d’une organisation criminelle transnationale] sont imprescriptibles aux yeux de la loi no 06-01 du 20 février 2006 relative...
(Xinhua 28/02/18)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, actuellement en visite en Alger, a estimé que le volume des échanges commerciaux entre l'Algérie et son pays seraient progressivement portés à 10 milliards de dollars. Dans son allocution à l'occasion de l'ouverture mardi du Forum d'affaires algéro-turc, M. Erdogan a qualifié l'Algérie du "plus grand partenaire de la Turquie en Afrique", déclarant que "le volume des échanges commerciaux bilatéraux est actuellement d'environ 3,5 milliards de dollars et passera à 5 milliards dans les plus brefs délais, puis à 10 milliards de dollars dans une prochaine étape". Le chef de l'Etat turc a précisé qu'un tel objectif pourrait être atteint notamment grâce à toutes les facilités offertes par l'Algérie aux hommes d'affaires turcs souhaitant...
(AFP 27/02/18)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est félicité mardi de la signature d'accords avec l'Algérie, appelant ce pays à "faciliter" le travail des hommes d'affaires turcs sur place. Ces accords vont permettre à Ankara et Alger de "diversifier leurs échanges commerciaux" en attendant la signature "le plus rapidement possible de l’accord sur la protection des investissements", a déclaré le M. Erdogan, lors d'un discours devant des hommes d'affaires turcs et algériens, au deuxième jour d'une visite officielle en Algérie. Le président turc avait déjà insisté, dans un entretien au quotidien algérien Echorouk paru lundi, sur la nécessaire signature de cet accord bilatéral "de promotion et de protection des investissements...
(AFP 27/02/18)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a entamé lundi en Algérie une nouvelle tournée en Afrique, qui doit le mener ensuite dans trois autres pays de ce continent, où Ankara s'efforce depuis plusieurs années d'accroître son influence. Le chef de l'Etat turc a atterri lundi soir à Alger, première étape de ce voyage qu'il a qualifié d'"historique" et qui doit le mener jusqu'à vendredi en Mauritanie, au Sénégal, puis au Mali. "L'Algérie est l'un de nos plus importants partenaires commerciaux dans la région (...) Nous voulons renforcer nos relations sur les plans militaire, sécuritaire et culturels", a déclaré M. Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul avant de prendre l'avion. Le chef de l'Etat turc, accompagné de plusieurs ministres...
(Agence Ecofin 27/02/18)
Le ministre algérien de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui (photo), a annoncé le 26 février 2018 que la superficie des terres agricoles irriguées doublera d’ici 2019, passant de 1,3 million à 2 millions d’hectares. C’est ce que rapporte Maghreb Emergent. « Le ministre a signalé que plus de la moitié de cette superficie est actuellement irriguée, soit 1,3 million d’hectares. Ce chiffre a été atteint depuis le lancement du programme national d’extension des superficies irriguées en l’an 2000, soit sur une période de 18 ans. Malgré tout, le ministre s’est montré confiant, assurant que les deux millions d’hectares de terres agricoles irriguées seront largement atteints l’année prochaine. », précise le site d’information. Cette opération d’extension...
(Xinhua 27/02/18)
L'entreprise chinoise Huawei, spécialiste des solutions dans le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC), participera aux grands projets de numérisation dans les ministères algériens avec les opérateurs locaux, a annoncé à Xinhua le directeur général de Huawei Algérie, Gao Jie. "L'Algérie s'est lancée dans un programme d'amélioration des performances de son administration. Huawei espère participer à ce programme avec les partenaires locaux", a-t-il dit. L'utilisation des TIC par les administrations publiques via l'e-administration et l'e-gouvernement vise à rendre les services publics plus accessibles aux ...
(La Tribune 27/02/18)
Le président turque a entamé ce lundi une nouvelle tournée en Afrique qui va le conduire au Maghreb et en Afrique de l’Ouest. Du 26 février au 2 mars, Recep Tayyip Erdogan qui est accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires turcs, se rendra ainsi en Algérie, en Mauritanie, au Sénégal et au Mali. Au menu, le renforcement des partenariats économiques dans la droite ligne de l’ambition de la Turquie de se positionner en acteur majeur sur le continent, une stratégie qui tient à cœur au chef de l’Etat turque sous la houlette de qui, la Turquie est devenue un partenaire stratégique de l’Afrique. Le président turc est de retour en Afrique pour une nouvelle tournée de cinq jours, du 26...
(AFP 26/02/18)
Des amendes de 900.000 euros ont été requises lundi à Milan contre les compagnies italiennes Eni et Saipem, et plus de six ans prison contre l'ex-patron d'Eni, Paolo Scaroni, lors d'un procès à Milan pour corruption internationale en Algérie. La justice italienne se penche sur le versement présumé de 197 millions d'euros de pots-de-vin en Algérie, entre 2007 et 2010. Ce versement aurait permis d'une part à Saipem d'obtenir des contrats d'un montant total de 8 milliards d'euros. Et d'autre part à son principal actionnaire, le géant Eni --dont l'Etat italien est le principal actionnaire-- d'obtenir l'autorisation du ministre de l'Energie algérien de l'époque, Chakib Khelil, d'acquérir en 2008 la société canadienne Firs Calgary Petroleums, détentrice des droits pour exploiter...
(AFP 26/02/18)
Les critiques formulées contre l'Algérie par Amnesty international (AI) dans son rapport annuel sur les droits humains sont des "contrevérités" et des "allégations infondées", a dénoncé dimanche le ministère algérien des Affaires étrangères. Dans sa partie consacrée à l'Algérie, le rapport 2017 d'Amnesty, publié le 22 février, accuse les autorités algériennes d'avoir arrêté "arbitrairement" des manifestants, des défenseurs des droits de l'Homme, des militants et des journalistes, parlant de "procès inéquitables". Il dénonce aussi les "restrictions injustifiées" au droit d'association ou de créer des syndicats, les poursuites...
(Jeune Afrique 26/02/18)
Suite au refus des compagnies pétrolières françaises de renégocier les prix, le président Houari Boumédiène prend la décision, déjà amorcée, de nationaliser les hydrocarbures algériens. Retour sur ce tournant de l'histoire algéro-française, neuf ans après l'indépendance. « Il serait plus équitable, pour les investissements dans la recherche pétrolière, que les profits réalisés dans notre pays soient au moins dépensés sur place ! » Ces paroles, prononcées le 24 février 1971 par Houari Boumédiène amorcent la « décolonisation pétrolifère  », selon les termes de Benjamin Stora, professeur d’histoire du Maghreb contemporain dans son ouvrage Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance (éd. La Découverte, 1994). À compter de cette date, l’ensemble des gisements naturels de gaz et de pétrole, tout comme les oléoducs et...

Pages