Mercredi 20 Septembre 2017
(L'Expression (alg) 18/09/17)
Le plan d'action est riche, efficace et explicite. Il accorde plus de droits aux citoyens, qu'il met au centre des préoccupations du gouvernement. Le Premier ministre n'est pas allé par quatre chemins dans son intervention, hier, à l'APN. Comme il a habitué l'opinion nationale à un langage franc, des vérités il en a dit sur l'ensemble des sujets qui touchent de près ou de loin à l'avenir du pays. Ahmed Ouyahia n'a pas fait dans l'optimisme béat. Il dira que le pays n'est pas au mieux de sa forme. Il traîne un déficit budgétaire colossal. Il faut trouver annuellement quelque 20 milliards de dollars pour colmater la brèche provoquée par la chute des prix du pétrole. Il existe trois solutions...
(Le Soir d'Algérie 18/09/17)
Le Premier ministre défend mordicus l’option du financement non conventionnel ou ce qui est communément appelé la planche à billets, justifiant la situation peu reluisante des finances du pays par la seule dégringolade des prix du pétrole depuis 2014. Hier dimanche, à l’occasion de la présentation devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) du plan d’action de son équipe, Ahmed Ouyahia s’est, en effet, appesanti sur cette option qui alimente le débat depuis qu’il l’a lui-même évoquée. Avec des craintes et des appréhensions exprimées par aussi bien des experts que les partis quant à des répercussions néfastes de cette mesure sur le pouvoir d’achat, le taux d’inflation qui explosera pour passer à trois chiffres comme le prédisent certaines voix...
(L'Expression (alg) 18/09/17)
Il s'agit là d'un pari plus ou moins «fou» que soutient la wilaya d'Oran en sommant les promoteurs immobiliers d'accélérer la cadence des réalisations. La promotion immobilière constitue le nouveau front qui vient d'être ouvert par le wali d'Oran, Miloud Cherifi. Dans sa rencontre avec les promoteurs immobiliers il a annoncé des mesures radicales allant jusqu'à rayer de la liste, de manière définitive, des promoteurs accusant des retards dans la livraison des projets qui leur ont été confiés. En avertissant de telle sorte, le wali d'Oran a, contre toute attente, identifié le mal qui ronge un tel créneau, la promotion immobilière et plus précisément le logement participatif assisté connu sous l'abréviation de LPA. D'ailleurs, il n'a pas hésité à avancer...
(Midi Libre 18/09/17)
Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a affirmé,samedi dans un communiqué, que le montant des bourses, tous cycles confondus,n’a connu aucun changement et que les rumeurs relayées sur les réseaux sociaux concernant une pseudo réduction du montant desdites bourses étaient infondées. "Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique informe l’ensemble des étudiants inscrits dans les différents cycles de formation et d’enseignement supérieurs qu’aucun changement n’est survenu sur le montant des bourses et que les informations relayées sur les réseaux sociaux concernant une supposée réduction du montant des bourses sont infondées", a indiqué le communiqué. Le ministère "dément en bloc ces rumeurs colportées à la veille de la rentrée universitaire 2017", conclut le communiqué.
(Tout sur l'Algérie 18/09/17)
Les importations de l’Algérie ne devraient pas dépasser la barre des 40 milliards de dollars cette année contre 46,72 milliards en 2016, a annoncé, ce lundi 18 septembre, Mohamed Benmeradi. Le déficit commercial devrait être inférieur à 10 milliards de dollars contre 17,84 milliards l’année dernière. Le ministre du Commerce se base sur les chiffres des huit premiers de l’année en cours. Mohamed Benmeradi a confirmé le maintien, l’année prochaine, du régime des licences d’importations pour la majorité des produits concernés. Mais le gouvernement va opter pour une « mise en adjudication » des licences pour une meilleure transparence, a-t-il dit. Selon le ministre, des produits concernés par les licences d’importations ont été importés massivement avant la mise en place...
(L'Expression (alg) 18/09/17)
Le financement non conventionnel n'est pas, selon ses dires, une invention propre à l'Algérie. Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a fait hier une autopsie de la situation économique actuelle du pays. Très à l'aise dans son costume, l'hôte des députés a adopté dans son discours une approche réaliste avec des arguments à l'appui pour défendre son plan d'action. Devant un tableau alarmant marqué par l'épuisement du Fonds de régulation des recettes et le recul drastique des réserves de changes, Ahmed Ouyahia reste optimiste et ne cède pas à la crainte. «Notre pays a traversé des situations plus difficiles», a-t-il dit en citant la décennie noire. Il a tenu à rappeler les bienfaits de la Réconciliation nationale et le retour de...
(L'Expression (alg) 18/09/17)
La liquidation des entreprises publiques défaillantes serait envisagée par le gouvernement pour dégraisser le budget de l'Etat et donner un coup de fouet à la production. Le bruit court qu'un nouveau cycle de privatisations pourrait bientôt s'amorcer en Algérie pour liquider les entreprises publiques moribondes qui vivent sur le budget de l'Etat. L'inventaire demandé par le Premier ministre pour évaluer les dettes en souffrance qui alourdissent la comptabilité de ces établissements confirmerait l'imminence de la décision. Son objectif consisterait à diagnostiquer l'état de santé des sociétés étatiques en vue de décider de leur vente ou de leur dissolution. D'autre part, l'entente parfaite entre les responsables de l'Ugta et du FCE observée depuis des semaines serait annonciatrice d'une telle tendance. Cette...
(Le Quotidien d'oran 18/09/17)
Le directeur général de la Caisse nationale des retraites (CNR) Slimane Mellouka a affirmé, hier, dimanche, qu'il n'y aura pas de hausse des pensions de retraite. Il a expliqué, lors de l'émission ‘Café et journal' de la TV Ennahar qu'aucune augmentation des pensions des retraites n'est prévue l'année prochaine, en raison des déséquilibres financiers de la Caisse. Cette situation financière tendue de la CNR est, également, le résultat de la faible proportion des cotisations des travailleurs, ce qui a impliqué une intervention directe de l'Etat, pour renflouer la Caisse, a-t-il expliqué. Actuellement, il y a un peu plus de trois millions de retraités, selon le DG de la CNR, qui a ajouté qu'en 2016, il y a eu entre 120.000...
(Le Monde 18/09/17)
Pour beaucoup de lesbiennes et gays issus d’une culture conservatrice, la pression familiale est trop forte pour pouvoir assumer un « coming-out ». La saison des mariages touche à sa fin. Cet été encore, Alex* n’a pas trouvé la bonne personne avec qui contracter un mariage de convenance. Une union tant souhaitée qui aurait pu lui permettre de vivre son homosexualité sans subir « la pression latente » de sa famille. Alex a 33 ans, est originaire d’Algérie et est musulman pratiquant. Il a un bon travail. Il est cadre supérieur à Lyon, employé par une administration d’Etat dans le domaine de la construction. Il y a un an, le jeune homme a décidé de sauter la pas et de...
(L'Expression (alg) 16/09/17)
Face aux députés et à l'opinion publique, Ahmed Ouyahia tentera de rassurer ses alliés et ses détracteurs qu'il n'y a pas d'autre issue pour sortir le pays de la crise que son plan d'action. Poursuivre le développement du pays, alimenter les caisses de l'Etat, garantir ses dépenses, maintenir la paix sociale et préserver la souveraineté nationale, voilà les principaux défis que doit relever Ahmed Ouyahia. Le plan d'action qu'il présentera ce dimanche devant l'Assemblée populaire nationale doit répondre concrètement à ces inquiétudes et galvaniser le moral des Algériens affecté par trois années de crise. Oui, mais où trouver l'argent...
(Afrique 7 16/09/17)
Deux évènements ont démontré, les 09 et 12 septembre 2017, la nouvelle stratégie de sape diligentée maladroitement par l’ Algérie à l’endroit du Maroc. Cette politique diplomatique algérienne montre, un tant soit peu, que le retour du Maroc au sein de l’Union africaine est mal digéré par les responsables algériens ainsi que par leurs affidés polisariens et qu’ils redoutent une répétition de cette victoire marocaine en Amérique Latine, notamment après le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba, un allié de la première heure du polisario. Autre défaite algéro-polisarienne...
(Le Soir d'Algérie 16/09/17)
Comme prévu depuis des semaines, le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould Abbès, a procédé, jeudi dernier, à la nomination de quatre nouveaux membres au bureau politique, l’instance dirigeante du parti. Le patron du FLN a porté son choix sur des profils lourds, avec, en l’occurrence, deux ministres en exercice et deux autres anciens ministres. Il s’agit, respectivement en effet, de l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, du ministre des Relations avec le Parlement et ancien chef du groupe parlementaire du FLN à l’Assemblée, Tahar Khaoua, de l’ancien ministre de l’Agriculture, Abdesselam Chelghoum et, enfin, de l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, ancien ministre de la Communication, ancien directeur de la communication à la...
(Tout sur l'Algérie 16/09/17)
Cinq séances consécutives dans le vert : le Brent, référence pour le pétrole algérien, a terminé, vendredi soir, la semaine au-dessus de la barre symbolique des 55 dollars. Depuis mardi, le Brent n’est pas redescendu sous ce seuil. Cette semaine, il a enregistré sa meilleure performance depuis fin juillet. En un moins, les gains s’élèvent à 9,75%. À New York, le brut léger américain (WTI) a fini la semaine, stable à 49,89 dollars. Avec une hausse de quelque 5%, il signe sa plus forte progression hebdomadaire depuis presque deux mois.Le baril profite notamment de la publication de nouveaux éléments sur la production et la demande mondiale par l’Opep et l’Agence internationale de l’Énergie (AIE). Selon le cartel pétrolier, l’accord conclu...
(RFI 15/09/17)
La Biennale des photographes du monde arabe contemporain à Paris consacre un focus sur la jeune photographie algérienne et un autre à la photographie en pays tunisien. Ce sont incontestablement les deux points forts de cette deuxième édition qui vient d’ouvrir ses portes à Paris. Cinquante photographes exposent leurs images aussi sensibles que souvent subversives dans huit lieux différents, dont l’Institut du monde arabe (IMA), la Maison européenne de la photographie et la Cité internationale des arts. La raison d’être de cette deuxième édition de cette Biennale des photographes du monde arabe contemporain ? L’incroyable succès de la première édition qui avait pourtant lieu en 2015, l’année de la vague d’attentats en France, avance le commissaire général Gabriel Bauret :...
(El Watan 15/09/17)
La sélection algérienne de football dames (U20) défiera ce soir, à 19h00, au stade Omar Hamadi, le Ghana pour le compte du match aller du premier tour des éliminatoires de la Coupe du monde. Les Algériennes, même si elles vont tenter de jouer sans complexe, n’ont pas de grandes ambitions dans cette compétition. L’équipe n’a été mise sur pied que depuis un mois et demi. Le responsable des sélections nationales féminines, Azzedine Chih espère mettre à profit ce genre de rencontre afin de permettre aux joueuses issues du championnat national de se frotter au niveau africain.
(Tout sur l'Algérie 14/09/17)
Ahmed Ouyahia s’est exprimé ce mercredi, en tant que premier ministre, au lendemain de la réunion des chefs des partis qu’il a conviés au siège du premier ministère. Ouyahia n’a pas communiqué sur la réunion à laquelle il a convié seulement les responsables du FLN, TAJ et MPA. Il s’est surtout exprimé sur la situation économique du pays. « J’adresse aux Algériens un message d’espoir et de sérénité politique reposant sur des bases réalistes que nous aurons l’occasion d’expliquer ultérieurement », a-t-il déclaré. En évoquant des « bases réalistes », Ouyahia semble préparer l’opinion...
(L'Expression (alg) 14/09/17)
Le propos de chaque formation politique est on ne peut plus dur et le constat est sévère, mais tous les partis estiment que la solution n'est pas dans une «aventure» sans issue. Les partisans de l'application de l'article 102 de la Constitution ne trouvent aucun relais à leur campagne au sein de la classe politique nationale. Le RCD, le MPS, Talae el houriat et le FFS qui ont eu à s'exprimer sur le sujet ont tout simplement ignoré cette option, estimant que la solution n'est aucunement opportune dans les conditions qui prévalent actuellement en Algérie et dans la région. Ces partis qui font l'essentiel des voix de l'opposition n'ont pas ménagé le pouvoir pour autant. Le propos de chaque formation...
(MAP 14/09/17)
Le Maroc a dénoncé, mardi à Genève, les manœuvres de l’Algérie sur la question du Sahara marocain, affirmant que son discours a « perdu toute crédibilité au Conseil des droits de l’Homme (CDH) comme il l’a perdu en Afrique ». « La nouvelle stratégie algérienne devant le conseil consiste à se cacher derrière des pays comme la Namibie pour s’attaquer à l’intégrité territoriale du Royaume », a affirmé le chargé d’affaires du Maroc à Genève, Hassan Boukili, qui a réagi à une déclaration de la délégation algérienne sur la situation au Sahara. Le diplomate s’exprimait au cours du débat qui a suivi la présentation du rapport du Haut-commissaire aux droits de l’Homme devant le conseil réuni pour sa 36ème session...
(L'Expression (alg) 14/09/17)
Pour s'assurer de la réussite de son plan d'action et dégonfler le pessimisme qui plane sur le pays, Ahmed Ouyahia invite les partis au dialogue et à la recherche des intérêts communs. Dans ce qui ressemble à un appel à l'union nationale, Ahmed Ouyahia vient de tendre la main à l'opposition et ouvrir le jeu des alliances pour rassembler un grand nombre de partenaires autour de son plan d'action. «Le siège du Premier ministère relève de l'Etat algérien et que tout parti désirant s'y réunir est le bienvenu s'il en exprime l'intention», a-t-il affirmé hier dans une déclaration à la presse. Cette invitation intervient au lendemain de sa réunion avec les chefs des partis de la majorité parlementaire qui ont...
(Le Soir d'Algérie 14/09/17)
Le problème d’indiscipline des cadres dont souffre le FNA (Front national algérien) est le prolongement d’un différend d’ordre doctrinal avec le président du parti. C’est ce que Moussa Touati soutient. S’exprimant, hier mercredi à l’occasion d’une conférence de presse, il a expliqué que les membres du conseil national du front ont une autre conception du militantisme que la sienne qu’il a imprimée au parti à sa création en 1999. «Ces cadres passent le plus clair de leur temps à négocier leurs intérêts personnels qui, avec le chef de daïra, qui, avec le wali et d’autres responsables locaux», regrette Touati. Et d’ajouter que ces cadres dirigeants du parti «n’ont jamais cessé de lui signifier «l’impertinence de l’option de l’opposition adoptée par...

Pages