Samedi 20 Janvier 2018
(Jeune Afrique 18/01/18)
Le projet de privatisation du secteur économique public a valu à son initiateur une sévère mise en garde présidentielle. Il ne contient cependant pas de mesures spectaculaires. Le sujet est épineux si ce n’est explosif. Il aura fallu l’intervention d’Abdelaziz Bouteflika, à la parole rare, pour apaiser le débat sur la privatisation des entreprises publiques. Le chef de l’État, par l’intermédiaire du secrétaire général de la présidence de la République, Habba El Okbi, a adressé la semaine dernière un courrier au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, dans lequel il se réserve un droit de veto. « La décision finale reste la seule prérogative du président de la République », peut-on lire dans une note reprise par...
(La Tribune 18/01/18)
L'Algérienne Sonatrach et la libyenne National Oil company ont signé un accord-cadre visant à renforcer leur coopération dans la gestion des gisements frontaliers d'hydrocarbures. L'accord devrait permettre d'établir un plan d'exploitation optimum pour les gisements, éviter les malentendus et écarter tout casus belli. L'exploitation des gisements d'hydrocarbure à la frontière entre l'Algérie et la Libye ne sera bientôt plus un problème. Les compagnies pétrolières et gazières algérienne, la Sonatrach et libyenne le National Oil Company (NOC) ont signé ce lundi un accord-cadre portant sur la gestion conjointe de ces gisements. D'après un communiqué de la partie algérienne, l'accord concerne les gisements gaziers d'Alrar et de Wafa, lesquels ont été déjà au centre d'une étude conjointe réalisée en septembre 2006 par...
(Jeune Afrique 17/01/18)
Au Qatar, en Amérique ou en Asie, les anciens cadres de la première entreprise algérienne peuvent espérer multiplier leur salaire par cinq. Ils sont nombreux à ne pas avoir hésité. Une saignée ? Pis, une hémorragie. Selon des chiffres de Sonatrach, plus de 4 000 ingénieurs, techniciens et hauts cadres ont quitté le groupe entre 2008 et 2016. « C’est énorme, s’exclame Ould Kaddour, quand il prend connaissance des chiffes de cet exode. Leur départ est une perte irremplaçable tant il faut...
(Agence Ecofin 17/01/18)
A partir du mois de février 2018, l’Algérie livrera de façon mensuelle entre 1,5 million et 2 millions de barils de pétrole brut au négociant suisse de produits pétroliers, Vitol. Elle recevra en échange, du carburant dont le volume n’a pas encore été précisé. La nouvelle a été rapportée, mardi, par Reuters, qui cite des sources proches du dossier. Le contrat arrivera à terme en décembre. Pour l’Algérie, l’objectif de cette mesure est selon les propos rapportés, de réduire la...
(Agence Ecofin 17/01/18)
Avec 260 000 voitures écoulées en Algérie en 2017, le groupe Renault réalise un niveau de vente record dans le pays, s’arrogeant ainsi 62,8% de ce marché. Une progression en hausse de 11 points par rapport à l'exercice précédent, a annoncé le groupe automobile français dans un communiqué publié le 15 janvier. Cette performance enregistrée en Algérie a fortement contribué à doper les ventes du constructeur automobile au Maghreb. Celles-ci ayant connu une hausse de 5,6% avec une part de...
(Jeune Afrique 17/01/18)
En 2017, les ventes de véhicules Renault en Algérie et au Maroc ont progressé bien plus vite que le marché de l’automobile dans ces pays, augmentant considérablement la part de marché du constructeur français. Le constructeur français Renault a dévoilé le 15 janvier ses résultats commerciaux 2017, une année particulièrement bonne puisqu’avec 3,76 millions de véhicules vendus, le groupe a progressé de 8,5 % par rapport à l’exercice précédent. Sur la zone qui regroupe l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Inde, les...
(La Tribune 16/01/18)
La production agricole en Algérie répondrait aujourd'hui à plus de 70% à la demande locale, a annoncé le ministre de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi. Cet exploit revient aux réformes et investissements opérés dans le secteur durant les deux dernières décennies. En Algérie, la production du secteur primaire couvrirait aujourd'hui plus de 70% de la demande nationale, a déclaré le ministre algérien de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi, lors d'une...
(AFP 15/01/18)
Le ministre algérien de l'Industrie a remis dimanche en cause la récente annonce par le Premier ministre de l'ouverture du capital de PME publiques, sous-entendant que le président algérien Abdelaziz Bouteflika n'avait pas donné son accord à cette décision. Le 23 décembre, le Premier ministre Ahmed Ouyahia avait annoncé que le gouvernement allait "faciliter l’ouverture du capital des Petites et Moyennes Entreprises publiques", après la signature par le gouvernement, le patronat et la principale centrale syndicale du pays, d'une charte visant à développer les partenariats entre les secteurs publics et privés. "Aucune privatisation ou ouverture de capital des entreprises nationales ne sera faite sans l'accord du président...
(Jeune Afrique 15/01/18)
À la tête de la première entreprise du continent, Ould Kaddour fait face à un défi sans équivalent : redonner du souffle au groupe, moteur de l’économie nationale. Il existe trois hauts lieux de pouvoir en Algérie. Le premier, politique, se situe dans la résidence ultra-protégée de Zéralda, sur le littoral ouest d’Alger, là où le président Bouteflika travaille, se soigne et vit, entouré de sa famille et de sa garde rapprochée. Le deuxième, militaire, est aux Tagarins, sur les hauteurs...
(Jeune Afrique 15/01/18)
«J’ai un CV lourd », aime à plaisanter Ould Kaddour. Alors qu’il présente un parcours sans tache, sa vie bascule dans l’étrange, l’absurde et le glauque un certain lundi 26 novembre 2007, au tribunal militaire de Blida. Ould Kaddour, qui dirigeait encore BRC, est jugé ce jour-là pour espionnage. La justice militaire lui reprochait d’avoir été en possession de la transcription d’une conversation secrète enregistrée par le DRS (les services secrets, dissous en 2016). « Un petit bout de papier...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Le Ministre algérien de l’Agriculture, du développement Rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi (photo), a déclaré lors d’une séance à la Commission des finances et du Budget de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), que deux (2) millions d’hectares de terres agricoles demeurent inexploitées. « A ce jour, 2 millions d’hectares de terres agricoles non exploitées sont recensées, soit 25% de la superficie totale des terres agricoles estimées à 8 millions d’hectares.», a-t-il notamment expliqué, selon des propos rapportés par Algérie...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Dépendant presqu’exclusivement du Venezuela pour ses approvisionnements en produits pétroliers, Cuba a comblé, en 2017 son déficit d’approvisionnement avec du pétrole importé d’Algérie. En effet, l’année dernière, le Venezuela a enregistré une forte baisse de sa production de produits pétroliers en raison des difficultés rencontrées dans le fonctionnement de sa raffinerie de Cienfuegos. Celle-ci n’a produit que 24 000 b/j sur les 65 000 qui constituent sa capacité de production. Au total, Cuba a importé 2,1 millions de barils en...
(Agence Ecofin 12/01/18)
Mediterrania Capital Partners, une firme de private equity focalisée sur les investissements de croissance en Afrique subsaharienne et au Maghreb, est annoncée sur deux engagements dans des pays du Maghreb, a pu constater l'Agence Ecofin de sources concordantes. L'une des opérations est le huitieme investissement réalisé sous son deuxième fonds (MC Fund II) et concerne une prise de participation dans le capital du groupe scolaire français René Descartes, opérant en Tunisie. La taille et la valeur de cet engagement n'ont...
(La Tribune 11/01/18)
Les autorités algériennes ont interdit temporairement l'importation de quelques 900 produits dont le téléphone portable, les appareils électroménagers et certaines denrées alimentaires comme les légumes. D'après le ministre algérien du commerce, le pays vise par cette nouvelle mesure, la réduction de son déficit commercial. L'Algérie continue de prendre des dispositions pour limiter ses dépenses afin de gérer au mieux la baisse des revenus du secteur pétrolier. Le gouvernement vient d'interdire de manière temporaire l'importation de près de 900 produits. «...
(Agence Ecofin 11/01/18)
L’Algérie a interdit l’importation de 900 produits pour essayer de réduire son déficit commercial, indique un document du ministère algérien du commerce. Cette interdiction qui touche les produits issus de plusieurs secteurs d’activités (agro-alimentation, communication, BTP, électroménager, etc.) constitue l’une des mesures prises par l’Etat pour rééquilibrer la balance commerciale, mise à mal depuis la chute des cours du pétrole en 2014. Elle devrait permettre de réduire le montant des importations de l’année 2018 à 30 milliards $, contre 45...
(Agence Ecofin 09/01/18)
Le 7 janvier 2018, le ministre irakien du pétrole, Jabar al-Luaibi (photo), a annoncé, via communiqué, que la société publique algérienne des hydrocarbures, Sonatrach, étudiera les possibilités d’investissements dans les projets d’exploration pétrolière et gazière dans son pays. Pour lui, la présence de la Sonatrach dans le développement du gaz naturel, par exemple, serait un atout de taille. Il a également mis un accent particulier sur le savoir-faire algérien notamment dans l’exploitation du gaz et l’expérience de la Sonatrach dans...
(Jeune Afrique 08/01/18)
L'économie algérienne est en plein crise. Les réserves du pays fondent et la stratégie du gouvernement algérien est risquée. Il doit absolument diversifier son économie afin de retrouver l'équilibre. Comment sortir du système de rente qui obère l’avenir de l’Algérie ? Il y a urgence à diversifier l’économie tant la crise qui affecte le pays depuis le choc pétrolier de 2014 continue de se faire sentir, et les indicateurs économiques attendus pour 2018 confirment cette vulnérabilité. Quasi stratosphérique, la facture des...
(Jeune Afrique 05/01/18)
Une application pour faciliter les paiements en ligne, une banque virtuelle, une cryptomonnaie... Tout était prêt ou presque pour lancer KodePay en Algérie. Mais l'État se raidissant devant les monnaies virtuelles, c'est à Nairobi que la start-up démarrera finalement ses activités. Avec sa start-up KodePay, Nassym Louradi s’apprêtait à lancer depuis l’Algérie sa banque virtuelle et sa cryptomonnaie. C’était sans compter la loi de finance algérienne 2018 et l’interdiction du Bitcoin et autres monnaies virtuelles. Mais il en fallait plus...
(Agence Ecofin 04/01/18)
A Tipasa, dans le nord de l’Algérie, la spéculation foncière et les constructions anarchiques prennent une telle proportion que le wali, Moussa Ghelai (photo), a décidé de sonner la fin de la récréation. C’est ce que rapporte Algérie Presse Service (APS). « Le phénomène des constructions anarchiques et des atteintes au foncier forestier, maritime et agricole de la wilaya, est allé crescendo, ces dernières années, à tel point que le wali de Tipasa n’a pas hésité à le qualifier de...
(La Tribune 03/01/18)
Les recettes de la fiscalité pétrolière réalisées entre janvier et août 2017 par l'Algérie se sont établies à 1.415 milliards de dinars contre 1.171 milliards de dinars enregistrées à la même période l'an dernier soit une augmentation de 21%. L'Algérie a réalisé de bonnes performances cette année concernant les recettes fiscales pétrolières. Sur les 8 premiers mois de l'année 2017, le pays a enregistré comme recettes fiscales pétrolières 1 415,1 milliards de dinars. Ce chiffre donne une augmentation de 243,5...

Pages