Mercredi 16 Août 2017
(Tout sur l'Algérie 16/08/17)
En Algérie, la situation de surliquidité des banques publiques n’est plus qu’un souvenir. L’excès qu’on disait « structurel » de liquidité des banques algériennes est une tendance qui s’était imposée pendant près de 15 années. L’ancien Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci, la faisait remonter à l’année 2002. À la belle époque des surliquidités Cette surliquidité était alimentée, d’une part, par l’importance des dépôts du secteur des hydrocarbures. Elle était, d’autre part, le résultat de l’augmentation de la collecte de l’épargne des particuliers, qui s’est développée à un taux moyen proche des 20% par an au cours de cette période.L’action des pouvoirs publics en vue de résorber les surliquidités du secteur bancaire avait pris...
(Tout sur l'Algérie 14/08/17)
Il y a quatre ans, en mai 2013, la Banque d’Algérie annonçait une décision pour lutter contre la surliquidité bancaire. Une instruction du gouverneur Mohamed Laksaci portait le taux des réserves obligatoires des banques « à 12% de l’assiette globale des réserves bancaires ». À l’époque, le pétrole tutoyait les 100 dollars et les banques avaient trop d’argent. Elles étaient estimées à 13 milliards de dollars en 2011. Aujourd’hui, la Banque centrale opère une démarche inverse. Le taux des réserves obligatoires des banques passera de 8% à 4% à partir du 15 août, selon une nouvelle instruction de la Banque d’Algérie publiée ce dimanche 13 août. Il s’agit de la seconde forte baisse en 15 mois : le 15 mai...
(L'Expression (alg) 12/08/17)
On ne peut pas passer d'une économie et d'un mode de consommation totalement dépendants des importations à une situation de «sécheresse» en quelques semaines. Une instruction a été adressée au gouvernement, le 6 août dernier, portant sur le déblocage des marchandises importées avant que ne soient rétablies les licences d'importation. Ce jeudi, c'est-à-dire 3 à 4 jours plus tard, un courrier émanant du ministère du Commerce est venu donner à l'instruction présidentielle une concrétisation sur le terrain. Ainsi, ordre a...
(L'Expression (alg) 09/08/17)
Derrière un discours «volontariste» contre les importations, le ministère du Commerce s'est donné la mission de détruire le bourgeonnement d'une filière à l'export. Annoncée à grands renforts médiatiques, la fameuse commission issue d'un Conseil interministériel tenu au mois de juillet dernier pour statuer sur la problématique des exportations utilisant des intrants subventionnés, devrait rendre des conclusions dans quelques jours. Mais tout porte à croire, selon un responsable des douanes interrogé par l'APS, que ces conclusions-là débouteront les accusations formulées à...
(Midi Libre 09/08/17)
Les exportations des produits alimentaires utilisant des intrants subventionnés connaissent certains dysfonctionnements dont le traitement est pris en charge par une commission intersectorielle qui présentera son rapport à la fin du mois en cours, a indiqué un haut responsable des Douanes. A ce propos, il indique que lors du Conseil interministériel, tenu en juillet dernier sous la présidence du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, consacré à l‘examen de la problématique de l‘exportation des produits alimentaires utilisant des intrants subventionnés, plusieurs questions...
(Le Soir d'Algérie 09/08/17)
L’état des lieux dressé à travers une enquête menée par l’Office national des statistiques (ONS) sur la situation et les perspectives dans l’industrie a abouti au constat selon lequel les industries sidérurgique, mécanique, métallique, chimique, électrique et électronique ont accusé un déclin lors des trois premiers mois de cette année au même moment où, d’une part, l’activité dans l’agroalimentaire a connu une hausse et, d’autre part, les autres branches du secteur industriel ont brillé par un niveau d’activité plutôt stable...
(Le Quotidien d'oran 09/08/17)
Lundi 24 juillet, le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune avait présidé un conseil interministériel consacré exclusivement à la question des exportations de produits alimentaires dont les intrants, le blé, sont subventionnés par l'Etat. Un dossier qui ne pèse guère plus de 5 millions de dollars dans la balance des produits exportés et qui resurgit après la grosse polémique de 2009, du temps d'Ahmed Ouyahia. Le gouvernement Tebboune veut lui aussi séparer le bon grain de l'ivraie. Autour des ministres des Finances,...
(Le Quotidien d'oran 09/08/17)
Les opérateurs économiques appréhendent une rentrée sociale bien difficile avec l'application des nouvelles mesures en matière d'importations. Au moment où la liste des produits interdits à l'importation s'allonge, la dernière liste établie par l'association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF) datant du 3 août dernier, les opérateurs économiques ne se retrouvent plus dans ce nouveau régime des licences d'importation. Pour certains, la décision d'interdiction a été prise dans la précipitation sans aucune étude préalable du marché et des...
(Midi Libre 08/08/17)
La monnaie européenne reprend son envolée. Une monnaie, qui ne cesse d’aller croissant depuis des mois déjà tant l’euro culmine au plus haut point face au dinar. L’euro a en effet établi, hier lundi 7 août, un nouveau record historique face au dinar dans les cotations officielles de la Banque d’Algérie. 1 euro s’échange désormais à 128,90 dinars pour les opérations commerciales avec l’étranger, un niveau qu’il atteint pour la première fois depuis la création de la monnaie unique européenne...
(Tout sur l'Algérie 08/08/17)
L'euro a établi, ce lundi 7 août, un nouveau record historique face au dinar dans les cotations officielles de la Banque d’Algérie. 1 euro s’échange désormais à 128,90 dinars pour les opérations commerciales avec l’étranger, un niveau qu’il atteint pour la première fois depuis la création de la monnaie unique européenne en 1999. Depuis le début de l’année, l’euro a gagné 10,85% face au dinar.Variable d’ajustement Pour mesurer l’ampleur de la dépréciation en 2017, il suffit de comprendre que l’euro...
(AFP 06/08/17)
En Algérie, les prix des voitures flambent à mesure que les chaînes de montage fleurissent. Dénonçant des "importations déguisées", les autorités veulent remettre à plat tout le secteur du montage automobile, censé initialement être le fleuron industriel du pays. Le 27 juillet encore, après Renault et Hyundai, Volkswagen inaugurait une usine d'assemblage à Relizane (300 km d'Alger). Grand absent de la cérémonie, le ministre de l'Industrie Mahdjoub Bedda qui, quelques semaines avant, avait tiré à boulets rouges sur le secteur. Il avait promis de "mettre un terme au mode actuel de production" automobile en Algérie et, le 31 juillet, le gouvernement a suspendu tout nouveau projet de montage de véhicules.
(L'Expression (alg) 03/08/17)
Les rumeurs d'un manque d'approvisionnement du commerce de détail ne sont que pure spéculation. Rassurez-vous, la rupture des stocks des biens de large consommation n'est pas pour demain. L'annonce d'une grave pénurie alimentaire imminente et gigantesque paraît aussi grosse que les factures dopées de certains spéculateurs déloyaux. Il est vrai que les dernières mesures prises par le gouvernement pour réduire le volume des importations se répercuteront d'une façon ou d'une autre sur le couffin de la ménagère. Mais, à moins...
(Tout sur l'Algérie 02/08/17)
L'euro a battu, mardi 1er août, un nouveau record face au dinar, à 128,11 dans les échanges officiels de la Banque centrale. L’ économiste Farid Benyahia renvient dans cet entretien sur la dépréciation du dinar et ses effets sur l’économie nationale. Il explique aussi le dernier règlement de la Banque d’Algérie destiné à permettre aux opérateurs de se couvrir contre les risques de change. Le dinar a-t-il encore de la valeur ? Depuis les années 1990, la monnaie nationale n’a jamais retrouvé...
(L'Expression (alg) 02/08/17)
Sorti du sujet de la PME, le ministre de l'Industrie et des Mines affiche une mine plutôt insatisfaite de la situation du secteur dont il a la charge. Le ministre de l'Industrie et des Mines fait sienne la stratégie de soutien aux PME et la promotion des start-up. Mahdjoub Bedda a souligné lors de la conférence de presse qu'il a animée hier au siège de son ministère, tout l'intérêt qu'accorde le Plan d'action du gouvernement aux petites et moyennes entreprises,...
(Agence Ecofin 02/08/17)
« Face aux déséquilibres macroéconomiques dans le contexte du recul des recettes pétrolières, nous allons compter sur nos capacités, petites ou grandes soient elles ». C’est par ces mots qu’Abdelmadjid Tebboune (photo), le premier ministre algérien, a annoncé l’intention de son pays de ne pas recourir au marché pour financer son déficit. « Il est hors de question de recourir à l'endettement extérieur et nous ne voulons même pas y penser. Nous refusons d’hypothéquer notre souveraineté quelle que soit la...
(Midi Libre 02/08/17)
Le ministère du Commerce a démenti, dans un communiqué publié hier, les informations faisant état d’une augmentation des prix des pâtes alimentaires de l’ordre de 30 %. Les services de contrôle économique et de la répression des fraudes du ministère du Commerce ont mené les investigations nécessaires au niveau des différentes wilayas, "qui n’ont révélé aucune augmentation des prix des pâtes alimentaires aux stades de la vente en gros ou au détail", souligne la même source. "Le ministère du Commerce...
(Midi Libre 01/08/17)
La politique de montage de véhicules portée à grands renforts publicitaires par l’ex-ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, qualifiée déjà par son successeur d’importation déguisée, voit ses perspectives s’assombrir. C’ est le sens qu’il convient de donner à ce conseil interministériel présidé par Abdelmadjid Tebboune, consacré justement au dossier du montage industriel des véhicules automobiles, selon un communiqué des services du Premier ministre. Ce conseil interministériel s’est tenu en présence notamment des ministres, respectivement, des Finances, de l’Industrie et des Mines et du Commerce...
(Le Soir d'Algérie 01/08/17)
Avec l’inauguration officielle de l’usine de Sovac Production pour le montage de véhicules des marques du groupe allemand Volkswagen et surtout l’engagement souligné du constructeur, le secteur de l’automobile en Algérie semble connaître une redynamisation après le lancement de Renault en 2014. Et si le ministre de l’Industrie, premier responsable du secteur, a brillé par son absence durant les festivités d’ouverture de l’usine de Sidi-Khettab près de Relizane, le gouvernement a néanmoins et clairement apporté sa caution à travers son...
(Tout sur l'Algérie 31/07/17)
Algérie ne va pas recourir à l’endettement extérieur en dépit des difficultés financières induites par la chute des prix du pétrole, a affirmé, ce dimanche 30 juillet, Abdelmadjid Tebboune. “Il est hors de question de recourir à l’endettement extérieur et nous ne voulons même pas y penser. Nous refusons d’hypothéquer notre souveraineté quelle que soit la situation, et ce sont là les instructions du Président de la République“, a déclaré le Premier ministre lors de la réunion préparatoire de la...
(Midi Libre 31/07/17)
Le groupe pétrolier algérien, Sonatrach et l’entreprise sud-coréenne, SamsungEngineering, ont trouvé un accord en faveurdu règlement à l’amiable d’un différend quiles oppose autour du projet de réhabilitationde la raffinerie de Skikda. Dans un communiquérendu public, hier, par la compagnienationale Sonatrach, il est précisé que"Sonatrach et Samsung Engineering sontparvenus, le mercredi 19 juillet 2017 à Alger, à un accord global portant règlement à l’amiable du différend relatif à la clôture du contrat de réhabilitation et d’adaptationdes installations de la raffinerie de...

Pages