Mercredi 13 Décembre 2017

Sahara: l'émissaire de l'ONU s'entretient avec le Premier ministre algérien

Sahara: l'émissaire de l'ONU s'entretient avec le Premier ministre algérien
(AFP 23/10/17)
Le nouvel émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental Horst Koehler rencontre des réfugiés et des responsables du Polisario dans un camp près de Tindouf en Algérie le 18 octobre 2017.

Le nouvel envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Koehler, qui effectue sa première tournée dans la région, s'est entretenu dimanche à Alger avec le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia.

"L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel", ont précisé les services du Premier ministre dans un très bref communiqué, sans aucun autre détail.

La presse n'avait pas été invitée à couvrir la rencontre.

Après des années d'impasse, M. Koehler a été chargé en août par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres de relancer les négociations entre Rabat, qui contrôle la majorité de ce vaste territoire désertique, et les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par Alger.

Il est arrivé samedi dans la capitale algérienne, troisième étape d'une tournée entamée le 16 octobre au Maroc. Il s'était déjà entretenu samedi soir avec le chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel.

Au cours de son voyage, M. Koehler a notamment rencontré le roi du Maroc Mohammed VI à Rabat, et les responsables du Polisario à Tindouf, localité de l'ouest de l'Algérie abritant le siège de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) ainsi que plusieurs camps accueillant plus de 100.000 réfugiés sahraouis.

Le Maroc a pris le contrôle de la majeure partie du Sahara occidental en 1975, au départ de la puissance colonisatrice espagnole. Le Polisario, initialement fondé pour lutter contre la domination espagnole, a proclamé en 1976 la RASD et combattu les troupes marocaines, jusqu'à un cessez-le-feu conclu sous l'égide de l'ONU en 1991.

Le référendum d'autodétermination, prévu par l'accord et soutenu par l'ONU, a été sans cesse repoussé depuis 1992 en raison de désaccords sur le corps électoral. Depuis 2007, Rabat propose comme solution de "compromis" une autonomie sous sa souveraineté, ce que refuse le Polisario.

M. Koehler doit se rendre lundi en Mauritanie, ultime étape de sa tournée.

Le Sahara occidental est le seul territoire du continent africain dont le statut post-colonial n'a pas été réglé.

Ce conflit empoisonne depuis des décennies les relations entre Alger et Rabat, dont les frontières communes sont fermées depuis 1994, et entrave plus largement la coopération maghrébine.

Commentaires facebook