Dimanche 19 Novembre 2017

L’écrivain Karim Akouche quitte l’Algérie « en urgence » à cause de « menaces »

L’écrivain Karim Akouche quitte l’Algérie « en urgence » à cause de « menaces »
(Tout sur l'Algérie 18/03/17)
L’écrivain algérien installé à Montréal, Karim Akouche

L’écrivain algérien installé à Montréal, Karim Akouche, a annoncé jeudi avoir dû quitter l’Algérie « en urgence » pour Paris à cause de « menaces sérieuses sur son intégrité physique ». « Je suis dans l’avion. Je quitte l’Algérie en urgence. Direction : Paris. J’improvise ce texte. Des menaces sérieuses, sur mon intégrité physique, pèsent sur moi. Tout cela à cause de mon roman : La Religion de ma mère », explique l’écrivain sur son compte Facebook, sans donner de détails sur la provenance des menaces.

Karim Akouche était en séjour en Algérie où il devait animer une série de conférences dans plusieurs régions ; Tizi Ouzou, Bejaia et Alger, au sujet de son nouveau roman « La religion de ma mère », des conférences dont il a annoncé l’annulation suite à ces menaces.

« Je connais mes ennemis. Je refuse d’être leur proie. Je combats leurs idées. Ils haïssent ce que je représente, ce que je pense, ce que je formule. Je le sais pour avoir essuyé moult menaces. Aujourd’hui la coupe est pleine », lit-on dans le texte de cet écrivain connu pour ses positions contre l’islamisme.

« On m’a interdit la rencontre à la librairie Cheikh, j’ai fermé les yeux. On a délocalisé ma conférence à l’université de Tizi Ouzou, de l’auditotium vers la grande salle de lecture, sous un prétexte farfelu, je n’ai rien dit. On fait subir des interrogatoires à des amis et proches, j’ai fait semblant de ne rien voir. Mais me traquer comme une bête par le chasseur, surveiller mes moindres déplacements, me menacer, chercher à m’atteindre physiquement…cela non » tranche l’auteur de « Allah au pays des enfants perdus ».

Commentaires facebook