Dimanche 17 Décembre 2017

Le parapétrolier Saipem s'effondre en Bourse après des difficultés en Algérie

Le parapétrolier Saipem s'effondre en Bourse après des difficultés en Algérie
(Les Echos 18/06/13)

Les marchés ont lourdement sanctionné le deuxième avertissement sur résultats annoncé par Saipem en quelques mois. Le groupe parapétrolier, filiale à 43 % de l'Italien ENI, a vu son cours chuter de 29 % hier, après avoir annoncé vendredi qu'il réaliserait une perte nette de 300 à 350 millions d'euros en 2013, et non un profit de 450 millions. Il avait déjà lancé un avertissement en janvier, qui avait provoqué une chute de son cours de 34 %. Au total, le titre a perdu 50 % depuis le début de l'année.

Le groupe a indiqué que son résultat d'exploitation (Ebit) serait revu à la baisse de 650 à 750 millions d'euros, dont la moitié liée à la situation en Algérie. Les autorités algériennes, qui ont lancé une vaste campagne anticorruption, ont ouvert une enquête en décembre dernier à l'encontre de Saipem, soupçonné d'avoir versé des pots-de-vin à la compagnie nationale Sonatrach pour obtenir des contrats.

Cette enquête avait conduit à la démission de son état-major, et notamment celle de son patron, Pietro Franco Tali, qui avait cédé son siège à Umberto Vergine. Alors que le président algérien est hospitalisé en France, les relations entre Saipem et la Sonatrach se sont sensiblement durcies. « Nous avons observé un changement d'attitude notable ces dernières semaines », indique le groupe, qui estime désormais « ne pas pouvoir récupérer certaines dépenses supplémentaires » engagées dans le pays.

La nouvelle équipe a aussi passé en revue ses contrats dans le monde et a identifié des problèmes d'exécution dans d'autres projets, notamment au Mexique et au Canada, qui lui coûteront 260 millions d'euros. Umberto Vergine espère que les mesures prises et les nouveaux contrats permettront à Saipem de redresser ses performances dès 2014. Echaudés, les marchés restaient toutefois sceptiques hier.
A. F., Les Echos

Écrit par Anne FEITZ
Journaliste
afeitz@lesechos.fr

Commentaires facebook