Vendredi 23 Juin 2017

L'Algérie et la Pologne créeront un partenariat pour la production de la poudre de lait

L'Algérie et la Pologne créeront un partenariat pour la production de la poudre de lait
(Xinhua 17/03/17)
Lait en sachet

ALGER, (Xinhua) -- L'Algérie et la Pologne ont convenu de créer un partenariat pour la production de la poudre de lait, a indiqué jeudi dans un communiqué le ministère algérien de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.

Ce projet de partenariat, explique la même source, a été abordé par le ministre de l'Agriculture, Abdesselam Chelghoum, actuellement en visite en Pologne, avec la Sous-secrétaire d'Etat au ministère polonais du Développement économique Jadwiga Emiilewicz.

M. Chelghoum a également eu, selon la même source, des entretiens avec son homologue polonais Krzystof Lurgiel.

Depuis l'entame de la chute des prix du pétrole à partir de la mi-2014, l'Algérie s'est engagée dans une politique de réduction des importations et la facture du lait représente plus d'un milliard de dollars américains par an.

"Nous n'avons pas l'intention de couvrir 100% des besoins du pays en poudre de lait, mais il s'agit de lancer de façon sérieuse sa production même avec de petites quantités", a indiqué M. Chelghoum.

Même si la facture d'importation du lait a baissé les deux dernières années grâce à la chute des prix de ce produit à l'international, la facture reste tout de même élevée selon les officiels algériens.

D'après les statistiques des Douanes algériennes, durant les dix premiers mois de 2016, les importations des produits laitiers ont atteint 798,6 millions de dollars américains.

En 2015, l'Algérie a importé pour un peu plus d'un milliard de dollars américains de lait et dérivés contre 1,91 milliard en 2014. Le lait est au même titre que le blé, le sucre et l'huile végétale considérés par la population et le gouvernement algériens comme des produits alimentaires de première nécessité. De ce fait, ils sont subventionnés par l'Etat.

Le gouvernement s'est fixé l'objectif de baisser les importations de lait en poudre de 50% à l'horizon 2019. Pour ce faire, des mesures d'encouragement ont été prises en faveur des éleveurs et transformateurs, telles que la subvention du lait cru, des facilitations d'accès aux crédits bancaires et au foncier agricole. Fin

Commentaires facebook