Samedi 25 Novembre 2017

En Algérie, une nouvelle session du baccalauréat pour les retardataires

En Algérie, une nouvelle session du baccalauréat pour les retardataires
(RFI 14/07/17)
En Algérie, les candidats au baccalauréat retardataires ou absents le jour des épreuves ont le droit à une seconde chance. © AFP/Frédérick Florin

Une panne de réveil et c'est, en principe, le drame pour les candidats au baccalauréat qui arrivent en retard à l'examen. Ce ne sera pourtant pas le cas en Algérie. En effet, les candidats retardataires ou absents le jour des épreuves ont le droit à une seconde chance. Une session spéciale débute ce jeudi débute pour permettre à plus de 100000 candidats de repasser les épreuves. Mais ce cadeau du président Abdelaziz Bouteflika n’était pourtant pas prévu au départ.

Cette année, aucun retard n'a été toléré lors du baccalauréat en Algérie, même pas la traditionnelle demi-heure de grâce. L'idée, c'était d'éviter des fuites de sujet, comme en 2016, une année marquée par une vaste fraude qui avait contraint les autorités à organiser de nouvelles épreuves. Les centres d'examen ont donc fermé leur porte à l'heure pile, laissant dehors des jeunes en pleurs devant les écoles.

Abdelaziz Bouteflika a donc visiblement été ému, et peut-être sensible aux doléances des parents d'élèves. Il a réédité cette mesure qui n'a été prise que deux fois ces 16 dernières années, et pour des cas de forces majeures. Et alors que sa ministre de l'Education avait publiquement exclu toute nouvelle épreuve, il en a décidé autrement. Peut-être parce qu'il pensait qu'ils n'étaient qu'un millier au départ, mais en faisant les comptes, c'est finalement plus 104 000 élèves qui sont concernés par cette session qui prend donc une ampleur insoupçonnée.

Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170713-algerie-nouvelle-session-baccalaureat...

Commentaires facebook