Vendredi 22 Septembre 2017

Élections locales Benflis : «La question de la participation du parti a été tranchée à la suite d’un vote»

Élections locales Benflis : «La question de la participation du parti a été tranchée à la suite d’un vote»
(Le Soir d'Algérie 13/09/17)
Ali Benflis.

Dans une conférence de presse organisée hier au siège de son parti à Alger, le président de Talaie El Houriyet Ali Benflis a expliqué que «la question de la participation aux élections locales de novembre prochain a été tranchée à la suite d’un vote démocratique qui a vu les membres du comité central s’exprimer en faveur de la participation».

Il a ajouté que «cette participation ne signifie pas que le parti a changé d’avis par rapport à situation politique ou vis-à-vis de l’administration et ses velléités de fraude». «Nous ne sommes pas dupes. Rien n’a changé depuis les dernières législatives où nous n’avions pas participé. Mais nous essayons d’installer des traditions démocratiques dans notre parti et les membres du comité central ont voté pour la participation», a-t-il déclaré.
Le président de Talaie El Houriyet s’est par ailleurs exprimé sur le débat qui occupe la scène politique au sujet de l’activation de l’article 102 de la constitution pour déclarer la vacance du pouvoir pour cause d’empêchement du président de la République à cause de son état de santé. «J’ai évoqué la vacance du pouvoir, qui est un fait, en 2014.
Je n’en parle pas aujourd’hui parce que je considère que la situation est beaucoup plus grave et qu’il faudrait dialoguer avec toutes les composantes de la société et ses élites politiques afin de trouver une issue à la crise du régime», a-t-il dit.
Et, pour sortir de la crise, l’ancien chef du gouvernement propose plutôt le recours à une sorte de constituante qui sera parrainée par l’armée. «Nous proposons la mise sur pied d’une commission indépendante pour l’organisation des élections, l’organisation d’une élection libre, la formation d’un gouvernement d’union nationale, la rédaction d’une charte nationale puisque les dérives qui ont suivi l’ouverture de 1989 sont dues à l’absence d’une charte justement et ensuite, la rédaction d’une nouvelle constitution. L’armée devrait être le garant et l’accompagnateur de cette démarche», a-t-il détaillé. Il convient, enfin de noter que le président de Talaie el Houriyet a estimé dans sa déclaration liminaire qu’«il y a de quoi être inquiet puisque la situation actuelle du pays est préoccupante à plus d’un titre». «Le jeu de chaises musicales auquel nous assistons ne peut masquer la réalité. Celle d’un pouvoir en déliquescence qui n’a d’autre issue que le paraitre et l’approximation.
La vacance du pouvoir, la crise du régime, la crise politique et institutionnelle ne peuvent constituer un mode de gouvernance. Elles ne peuvent légitimer des décisions et des politiques qui n’ont de justificatifs que le népotisme et le clientélisme, d’autres objectifs que le maintien du statu quo et de l’immobilisme», a-t-il conclu.

Commentaires facebook