Vendredi 18 Août 2017

Disponiblité de l’aliment de bétail : l’Onab recadre les importateurs

Disponiblité de l’aliment de bétail : l’Onab recadre les importateurs
(Midi Libre 19/06/17)

L’Onab reproche aux importateurs d’avoir dit qu’il "ne dispose ni de moyens suffisants pour importer les quantités qui lui ont été octroyées, ni de compétences en la matière".

Selon ces importateurs, "le premier avis d’appel d’offres de l’Onab s’est révélé infructueux"… c’est dire toute la crise qui pointe à l’horizon! Il lui faudrait, selon eux, "deux à trois mois pour importer… le temps de voir le cheptel algérien périr", poursuit-il, avant d’assurer que l’Office a obtenu ce quota de licence en fonction de ses "capacités" et de son savoir-faire. L’Office national des aliments de bétail (Onab) rassure également l’ensemble des éleveurs de la disponibilité de l’aliment de bétail, a indiqué à l’APS son P.-dg, Salah Meddour, qui relève qu’à travers l’octroi récent des licences d’importation, "c’est tout le secteur qui s’écarte de l’informel parce que contraint d’opérer dans la transparence". Dans le cadre des travaux du secrétariat technique de la commission interministérielle chargée de l’examen des demandes de licences d’importation de fourrages, d’aliments de bétail et de volaille, le groupe Onab a bénéficié d’un quota équivalent à 25 % du besoin national lequel est estimé à 5,2 millions de tonnes à raison de 4 millions de tonnes de maïs et de 1,2 million de tonnes de tourteau de soja. "Conscient des enjeux et de l’urgence d’assurer la régularité des approvisionnements du marché en ces produits vitaux pour le cheptel, l’Onab a aussitôt lancé son programme d’importation ambitieux où le premier arrivage sera réceptionné dans les prochains jours", fait-il savoir. Selon lui, le groupe Onab, qui capitalise un savoir-faire de près de 50 ans dans le domaine et doté de plus de 7.500 travailleurs, de 25 unités de fabrication d’aliments de bétail, de ses propres unités portuaires au nombre de quatre et d’une capacité de stockage de plus de 240.000 tonnes, "tient à rassurer l’ensemble des éleveurs algériens de la disponibilité de l’aliment de bétail". Dans ce sens, il affirme que les stocks d’aliments existants aux niveaux des unités régionales de l’Onab sont instamment mis à la disposition des éleveurs qui en expriment des besoins urgents, en soulignant que des instructions ont été données en ce sens, et ce, en attendant la concrétisation des programmes ambitieux lancés par les pouvoirs publics en la forme de licences d’importations accordées aux opérateurs publics et privés. "Nous n’avons pas perdu une seule journée pour mettre en place notre programme d’importation et nous lancer dans les achats conformément à nos procédures quib garantissent la qualité du produit, le meilleur prix et préservent au mieux nos intérêts", ajoute le même responsable.

A ce propos, il avance que le programme, tel qu’arrêté par les pouvoirs publics, a pris en considération les besoins nationaux et n’a pas été diminué: "C’est conformément aux capacités de production de l’Onab se situant entre 1,2 million et 1,5 million de tonnes que le quota des licences accordées à l’Onab a été arrêté".

Par l’octroi de ces licences, insiste-t-il, "c’est tout le secteur qui s’écarte de l’informel parce que contraint d’opérer dans la transparence". Pour rappel, 167 licences d’importation sur les 228 demandes examinées par le secrétariat technique de la commission interministérielle chargée de l’examen des demandes de licences d’importation de fourrage et d’aliments de bétail et de volaille, ont été récemment octroyées.

La Commission "s’est référée, dans l’examen des dossiers, à des normes et méthodes techniques et objectives qui tiennent compte de l’octroi de la priorité aux opérateurs économiques producteurs de ces aliments en toute transparence et du bilan d’activité, et ce, outre les activités d’importation et de distribution pour tout opérateur titulaire d’une licence pour ces produits: l’orge, le maïs le tourteau de soja et le concentré minéral vitaminé", avait indiqué le ministère du commerce.

S’agissant du quota de l’orge, 42 licences d’importation d’une quantité de 462.076 tonnes ont été octroyées en accordant la priorité à l’Onab et à l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumes secs (ONICL). bPour ce qui est du maïs, 60 licences d’importation d’une quantité de 2.145.321 tonnes ont été octroyées à des opérateurs dont l’Onab. Concernant le concentré minéral vitaminé, 28 licences d’importation d’une quantité de 9.041 tonnes ont été également attribuées.
.
Par : R. E.

Commentaires facebook