Mardi 17 Octobre 2017
(AFP 21/08/17)
Afriforum, groupe d'activistes sud-africains pour les droits de l'Homme, va saisir la justice pour obtenir l'annulation de l'immunité diplomatique accordée à la première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, soupçonnée d'agression à Johannesburg. "Nous allons demander à la cour de dire que la décision d'accorder l'immunité diplomatique est illégale car selon notre législation, l'immunité diplomatique ne peut pas s'appliquer en cas de crime grave, et la violence en fait partie", a déclaré à l'AFP le chef d'AfriForum, Kallie Kriel. Grace Mugabe a obtenu l'immunité diplomatique auprès...
(AFP 21/08/17)
Une vente aux enchères controversée de cornes de rhinocéros, dont le commerce international est interdit, censée commencer lundi, a été retardée de deux jours, ont annoncé ses organisateurs. La justice sud-africaine avait donné dimanche son feu vert pour la tenue cette semaine de cette vente aux enchères en ligne prévue à l'origine de lundi à jeudi, alors que les rhinocéros sont victimes d'un braconnage à grande échelle dans ce pays d'Afrique australe...
(AFP 21/08/17)
La première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, soupçonnée d'agression à Johannesburg, a obtenu l'immunité diplomatique auprès des autorités sud-africaines et pu rentrer dimanche à Harare. Grace Mugabe, qui figure parmi les favoris pour succéder à son mari âgé de 93 ans, est sous le coup d'une plainte pour coups et blessures contre une mannequin. Gabriella Engels, 20 ans, affirme avoir été agressée violemment, avec un câble et une prise, par la première dame dans un hôtel d'un quartier huppé de Johannesburg le 13 août. Selon les médias sud-africains, deux fils de Grace Mugabe...
(RFI 21/08/17)
La première dame zimbabwéenne, Grace Mugabe, a quitté l’Afrique du Sud, ce dimanche 20 août, sans encombre. C’est le groupe audiovisuel public zimbabwéen, ZBC, qui a annoncé, ce dimanche matin, le retour au Zimbabwe de l'épouse du président Mugabe. Grace Mugabe qui accompagnait, à Johannesburg, son mari au sommet de la SADC, est visée par une plainte d'un mannequin sud-africaine, d'une vingtaine d'années. Elle l'accuse de l'avoir frappée à coups de rallonge électrique alors qu'elle rendait visite à un de ses enfants dans un hôtel de Johannesburg. Grace Mugabe a bénéficié d'une immunité dipomatique que lui ont accordée les autorités sud-africaines. Le couple présidentiel zimbabwéen a atterri tôt, ce dimanche, à Harare, coupant court au sommet de la SADC qui...
(La Tribune 21/08/17)
L’affaire a failli déclencher une crise diplomatique entre Pretoria et Harare mais elle a été finalement réglée à l'amiable. Grace Mugabe, accusée d'agression sur une femme en Afrique du Sud, est libre. Elle a obtenu l'immunité diplomatique auprès des autorités sud-africaines et pu rentrer dimanche à Harare. La First Lady n’est pas encore tirée d'affaire. Grace Mugabe a obtenu finalement une grâce après « une disgrâce » à Johannesburg. L'Afrique du sud n'arrêtera pas la première dame zimbabwéenne. L'épouse du président Zimbabwéen, Robert Mugabe, vient d'obtenir l'immunité diplomatique auprès des autorités sud-africaines et pu rentrer dimanche à Harare. « Le président Robert Mugabe qui était accompagné de la première dame est arrivé à bord d'un vol Air Zimbabwe dimanche très...
(Seychelles News Agency 21/08/17)
Un Sud-africain de 62 ans a été placé en détention préventive vendredi par un magistrat des Seychelles. D’après un communiqué de l’Agence de lutte contre le trafic de drogue NDEA, il serait mêlé à une tentative d’importation de drogue aux Seychelles, archipel de l’Océan Indien. Deux autres seychellois des skippers, un père et son garçon de 66 et 34 ans ont également été placés en détention jusqu’au vendredi 25 août. Déjà jeudi, quatre Seychellois mêlés à cette affaire ont été placés en détention. La NDEA a précisé dans le communiqué qu’elle avait demandé la saisie d’un navire de pêche local et un yacht.
(APA 21/08/17)
La tension diplomatique entre l’Afrique du Sud et le Zimbabwe s’est intensifiée samedi après que le gouvernement zimbabwéen a empêché un avion de la South African Airways de quitter l’aéroport international de Harare pour un prétendu manquement aux règles de l’aviation. Le vol SAA SA025 a été arrêté au départ de Harare après que l’Autorité de l’aviation civile du Zimbabwe a exigé un permis d’opérateur étranger à la compagnie aérienne pour continuer à opérer dans le pays. Des informations reçues sur place samedi ont indiqué que l’immobilisation de l’avion de la SAA était une réponse des autorités zimbabwéennes après que l’Autorité de l’aviation civile sud-africaine a empêché un vol d’Air Zimbabwe en partance pour Harare de décoller de l’aéroport international...
(AFP 19/08/17)
Le vice-ministre sud-africain de l'Education, Mduduzi Manana, accusé de s'en être violemment pris à deux femmes dans une boîte de nuit de Johannesburg, a présenté sa démission qui a été acceptée, a annoncé samedi la présidence. "Le chef de l'Etat sud-africain Jacob Zuma a reçu et accepté la démission du vice-ministre de l'Education, Mduduzi Manana. Le président remercie M. Manana pour sa contribution au travail gouvernemental", a indiqué la présidence sud-africaine dans un bref communiqué. M. Manana a été formellement inculpé le 10 août de deux accusations d'agression et libéré contre une caution de 5.000 rands (320 euros). Une femme l'a accusé de l'avoir rouée de coups de pied et de poing, elle et sa cousine, à la sortie d'une...
(AFP 19/08/17)
La justice sud-africaine a décidé vendredi de bloquer la libération de l'assassin du leader communiste anti-apartheid Chris Hani, abattu en 1993, un an avant les premières élections libres en Afrique du Sud et l'arrivée au pouvoir de Nelson Mandela. Cet assassinat avait provoqué de violentes émeutes dans les townships et conduit le pays au bord de la guerre civile raciale. Un immigrant polonais, Janusz Walus, avait été condamné à mort pour cet assassinat, mais le nouveau régime ayant aboli la peine capitale en 1994, sa peine avait été commuée en réclusion criminelle à perpétuité. L'an dernier, la Haute Cour avait décidé la libération de Walus, une décision critiquée par le Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir et ancien...
(AFP 19/08/17)
La première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, qui a demandé l'immunité diplomatique après avoir été accusée d'agression en Afrique du Sud, doit participer à un sommet régional à Pretoria samedi. La très influente épouse du président zimbabwéen Robert Mugabe est soupçonnée de s'en être violemment prise à une jeune mannequin dimanche dans un hôtel de Johannesburg, dans le quartier huppé de Sandton. Elle n'a pas été vue en public depuis cet incident. Mais elle est attendue, selon la police sud-africaine, au sommet des dirigeants de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), qui se tient samedi et dimanche au centre de conférence du ministère des Affaires étrangères à Pretoria.
(RFI 19/08/17)
En Afrique du Sud, les 15 chefs d'Etats membres de la SADC se réunissent ce samedi 19 août à Pretoria, dans le cadre du 37e sommet de la Communauté de Développement d'Afrique Australe débuté le 10 août. Le partenariat avec le secteur privé et le développement industriel est le thème clé de cette réunion. Mais l'attention sera surtout focalisée sur la première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, qui risque des poursuites en Afrique du Sud. Une jeune mannequin sud-africaine accuse la femme de Robert Mugabe de l'avoir rouée de coups dans un hôtel huppé de Johannesburg, dimanche 13 août. Grace Mugabe souhaite bénéficier de l'immunité diplomatique pour quitter l'Afrique du Sud sans encombre après ce week-end. Invisible depuis l'incident de...
(AFP 18/08/17)
Les autorités sud-africaines étudient la possibilité d'accorder l'immunité diplomatique à la première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, soupçonnée d'avoir agressé une jeune femme à Johannesburg, a expliqué vendredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Pretoria. Grace Mugabe est accusée d'avoir agressé dimanche une mannequin de 20 ans qui se trouvait dans le même hôtel qu'elle, dans un quartier huppé de Johannesburg. La jeune femme a déposé plainte pour coups et blessures. L'épouse de Robert Mugabe, pressentie comme son possible successeur, a demandé l'immunité diplomatique, selon la police sud-africaine. La requête "du...
(AFP 18/08/17)
La première dame du Zimbabwe Grace Mugabe "doit être arrêtée" en Afrique du Sud où elle est soupçonnée d'avoir agressé une jeune femme, a réclamé vendredi le principal parti d'opposition sud-africain. "Il est essentiel que l'Afrique du Sud s'assure que Grace Mugabe ne fuit pas le pays afin d'échapper à la justice", a déclaré l'Alliance démocratique (DA) dans un communiqué. Elle doit rendre "tous ses passeports" pour éviter un tel scénario, et "doit être arrêtée pour répondre aux charges de coups et blessures" qui pèsent contre elle, a ajouté la formation. "Personne n'est au-dessus des lois et la DA fera tout son possible pour s'assurer que Mme Mugabe ne soit pas autorisée à fuir l'Afrique du Sud avant qu'elle ne...
(AFP 18/08/17)
C'est l'autre rêve de Charlize Theron. Loin des caméras, des tapis rouges et des couvertures de magazines, l'actrice d'origine sud-africaine espère débarrasser son pays du fléau du sida et y favoriser la naissance d'une génération épargnée par le virus. Fondatrice du Charlize Theron Africa Outreach Project, l'héroïne de "Atomic Blonde", son dernier film, finance des programmes de soutien aux communautés frappées par la maladie. "Nous devons réagir et dire +ça suffit, il faut que ça s'arrête+", déclare l'ex-mannequin lors d'un entretien accordé cette semaine à l'AFP en marge d'une visite à Johannesburg. "Ce n'est qu'une question de moyens", ajoute-t-elle. L'Afrique du Sud affiche l'un des plus hauts taux de prévalence du sida de toute la planète, avec 7 millions de...
(AFP 18/08/17)
Les autorités sud-africaines tentent à tout prix de bloquer une vente aux enchères très controversée de cornes de rhinocéros, les organisations de protection des animaux craignant que cette initiative ne vienne alimenter le commerce international illégal de cornes de ces pachydermes. Les enchères, prévues de lundi à jeudi en ligne, sont organisées par le plus important éleveur de rhinocéros au monde, le Sud-Africain John Hume. Elles sont possibles grâce à un changement récent dans la législation sud-africaine. En avril, après une longue bataille judiciaire, John Hume a obtenu la levée du moratoire sur le commerce intérieur de la corne de rhinocéros, en vigueur depuis 2009. Le commerce international reste lui toujours interdit. Le richissime homme d'affaires va mettre sur le...
(RFI 18/08/17)
En Afrique du Sud, la plainte déposée par une jeune fille contre Grace Mugabe lundi 14 août est en train de se transformer en imbroglio diplomatique. Gabriella Engels, une mannequin sud-africaine de 20 ans, accuse la Première dame du Zimbabwe de l'avoir battue avec une rallonge électrique dimanche soir alors que la jeune fille rendait visite aux fils de Grace Mugabe dans un hôtel huppé de Johannesburg. Contrairement à ce qui avait été annoncé, Grace Mugabe ne s'est pas rendue à la police et elle cherche désormais à faire valoir son immunité diplomatique. La famille de la plaignante n'entend, elle, rien lâcher, elle s'est rapprochée...
(AFP 17/08/17)
Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius a été autorisé mercredi à quitter la prison de Pretoria où il purge une peine de réclusion pour le meurtre de sa petite amie pour assister aux funérailles de sa grand-mère. "Il est sorti dans la matinée sous la surveillance de nos personnels et il était de retour à 13h20 à la prison", a déclaré à l'AFP un porte-parole des services pénitentiaires, Singabakho Nxumalo. Oscar Pistorius a été autorisé à quitter la prison de Atteridgeville à Pretoria pour participer aux obsèques à Johannesburg de sa grand-mère Joyce Bekker qui, selon les médias locaux, est décédée la semaine dernière à l'âge de 93 ans. Au début du mois, il avait déjà quitté sa cellule pour...
(La Tribune de Genève 17/08/17)
La femme du président zimbabwéen est accusée d'agression en Afrique du Sud. Son pays a requis l'immunité diplomatique, mercredi.Le Zimbabwe a requis l'immunité diplomatique pour la première dame du pays Grace Mugabe, accusée d'agression à Johannesburg, a annoncé mercredi le ministère sud-africain de la Police. Il a confirmé qu'elle se trouvait toujours en Afrique du Sud. «Les avocats de la suspecte et les représentants de son gouvernement ont sollicité verbalement les enquêteurs (de la police) pour leur signaler que la suspecte souhaitait invoquer l'immunité diplomatique», a indiqué le ministère dans un communiqué. L'épouse du président Robert Mugabe se trouvait toujours sur le territoire sud-africain. Elle dément des informations de presse affirmant qu'elle avait regagné Harare, a précisé le ministère. Elle...
(La Tribune 17/08/17)
Entre le marteau de la diplomatie et l’enclume de l’indépendance de la justice, la marge de manœuvre des autorités de Pretoria est bien étroite. Dans une sombre affaire d’agression, le Zimbabwe joue la carte de l’immunité diplomatique pour tirer d’affaire Grace Mugabe, l’épouse de Robert Mugabe. Mais la justice sud-africaine a déployé tout son zèle pour dénier le caractère diplomatique de cette affaire et souhaite que la First Lady réponde aux accusations. L’Afrique du Sud ira-t-elle jusqu’à arrêter la Première Dame du Zimbabwe ? La perspective pourrait déclencher une crise diplomatique entre Pretoria et Harare. En séjour médical à Johannesburg, Grace Mugabe, l'épouse de Robert Mugabe est sous le coup d'une accusation d'agression sur une jeune femme mannequin de profession...
(AFP 16/08/17)
Des milliers de mineurs chantent dans la plaine aride de Marikana, là où la police sud-africaine a tué 36 de leurs camarades le 16 août 2012. Cinq ans plus tard, ils réclament toujours justice pour la pire fusillade policière depuis la fin de l'apartheid. "C'est une honte. Pas un seul cent n'a encore été versé" aux victimes, lance mercredi leur avocat, Dali Mpofu, devant la foule réunie près de la gigantesque mine de platine de Marikana (nord). En mars, les autorités sud-africaines avaient pourtant annoncé 1 milliard de rands (63 millions d'euros) de compensations aux familles de victimes.

Pages