Lundi 21 Août 2017
(Jeune Afrique 23/06/17)
Les attendus du jugement de 33 pages de la Haute Cour de justice d’Afrique du Sud, rendu le 15 juin à Port Elizabeth et concernant la demande de saisie d’une cargaison de phosphate de la mine marocaine de Bou Craa à destination de la Nouvelle-Zélande, ont laissé pantois son propriétaire, l’Office chérifien des phosphates (OCP). L’argumentation des trois juges sud-africains, Selby Mbenenge, Clive Plasket et Glenn Goosen (dont Jeune Afrique Business+, le site d’information économique et financière du Groupe JA, s’est procuré copie), est à ce point orientée qu’elle ne laissait aucune chance à l’OCP de lever l’immobilisation du navire dans le port d’Algoa Bay, retenu à quai depuis le 1er mai. « Le territoire du Sahara occidental est réputé...
(Agence Ecofin 23/06/17)
En Afrique du Sud, une épidémie de grippe aviaire liée à la souche H5N8 du virus, vient d’être confirmée dans la province de l’Etat-Libre, au Sud-Est du pays, rapporte Reuters. L’information a été annoncée par AgriSA, l’une des principales fédérations agricoles du pays qui ne précise pas l’origine et les dégâts causés. Cette épidémie survient deux semaines après la décision du département sud-africain de l’agriculture, de suspendre les importations de produits avicoles zimbabwéens, en réponse au déclenchement d’une épidémie du même type dans le pays. L’Afrique du Sud est le 5e pays africain à être frappé par la virose cette année, après le Nigéria, l’Ouganda, la RD Congo et le Zimbabwe. Pour rappel, la province de l’Etat-Libre contribue à hauteur...
(AFP 22/06/17)
La plus haute juridiction sud-africaine a autorisé jeudi un vote de défiance au Parlement à bulletins secrets plutôt qu'à main levée contre le président Jacob Zuma, fragilisé depuis des mois par une série de scandales politico-financiers. Le président de la Cour constitutionnelle, Mogoeng Mogoeng, a déclaré que la présidente du Parlement Baleka Mbete avait les "pouvoirs constitutionnels" d'organiser un vote de défiance à bulletins secrets. La requête sollicitant ce vote avait été...
(Jeune Afrique 21/06/17)
Le célèbre mercenaire d'origine britannique et de nationalité sud-africaine avait été condamné en 2008, à Malabo, à 34 années de prison pour une tentative de coup d'Etat, en 2004, contre Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Après avoir présenté ses excuses, il avait finalement été gracié en 2009. C’est un coup de théâtre que personne n’attendait : le célèbre mercenaire de nationalité sud-africaine, Simon Mann, à l’origine d’un coup d’État manqué en 2004 contre le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, viendra témoigner le 26 juin à la 32e chambre du Palais de Justice de Paris, où se tient depuis lundi 19 juin et jusqu’au 6 juillet le premier procès des « biens mal acquis » contre le vice-président Teodoro Nguema Obiang...
(Agence Ecofin 21/06/17)
Le transporteur aérien sud-africain South African Airways qui vole en zone de turbulences, doit faire face au remboursement d'une dette de 2,3 milliards de rands (180 millions $) à Standard Chartered Bank, et qui arrive à maturité à la fin du mois de juin, apprend-on de la presse économique sud-africaine. Le groupe bancaire basé à Londres, aurait refusé une offre de restructuration de cette dette et exige désormais le remboursement. Comme la plupart des créanciers de l'Afrique du sud ou des sociétés sud-africaines à capitaux publics, Stanchart craindrait de ne pas pouvoir récupérer son argent, dans un contexte de récession, perte de confiance des investisseurs et risques d'empilement de créances douteuses pour les banques. Le risque de défaut de la...
(RFI 20/06/17)
Le 20 juin, c'est la Journée mondiale des réfugiés. L’Afrique du Sud en accueille un nombre important sur son territoire. Selon les derniers chiffres du gouvernement (2014), le pays compterait 65—000 réfugiés, et quelque 230—000 demandeurs d’asile, en provenance principalement de Somalie, de République démocratique du Congo, d’Angola et d’Ethiopie. Même si leur intégration se passe généralement bien, le nombre d’incidents constatés est en hausse. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20170620-afrique-sud-journee-mondiale-refugies
(RFI 20/06/17)
En Afrique du Sud, la banque Absa, filiale africaine du groupe Barclays, se trouve rattrapée par son passé. Busisiwe Mkhwebane, médiatrice de la République, chargée de veiller sur les deniers publics, a recommandé, ce lundi 19 juin, que l’Etat poursuive en justice cet établissement. Elle accuse la banque d’avoir bénéficié de plusieurs plans de sauvetage sous l’apartheid et de n’avoir jamais remboursé. Selon la médiatrice de la République, Absa doit rembourser plus de 80 millions d’euros à l’Etat. Dans les années 1980, le gouvernement d'apartheid avait renfloué, à plusieurs reprises, la banque Bankorp, rachetée par la suite par Absa, en 1992. Ces plans de sauvetage n’ont jamais été remboursés. « Ne pas avoir récupéré cet argent constitue un manque à...
(RFI 19/06/17)
En Afrique du Sud, les guerres intestines au sein du parti au pouvoir, l'ANC, persistent. Cette fois-ci c’est la prochaine élection présidentielle de 2019 qui mettent en lumière la bataille engagée entre les futurs candidats et leurs soutiens, la division se creuse et les prises de positions s'affichent désormais publiquement. Ce week-end, Paul Mashatile, le président de l'ANC pour la province du Gauteng, s'est exprimé dans son propre district à West Rand. Au cours d'un rassemblement du parti, il n'a pas...
(RFI 19/06/17)
En Afrique du Sud, l’industrie minière promet des années de procédure contre la réforme du gouvernement, qui élève à nouveau le seuil de l’actionnariat noir dans les entreprises minières. C’est la bronca dans l’industrie minière sud-africaine contre la nouvelle charte du gouvernement. Les entreprises du secteur minier ont un an pour distribuer 30% de leurs actions aux Noirs sud-africains, dont 14% à des cadres dirigeants noirs, 8% à des employés et 8% aux communautés locales. Des contraintes qui vont au-delà des 26% de...
(RFI 19/06/17)
En Afrique du Sud, la commission de la concurrence a ouvert une enquête contre trois géants de l'industrie pharmaceutique mondiale : Roche, Pfize et Aspen. Ils sont soupçonnés de pratiques irrégulières. Ce sont les associations de défense des patients atteints de cancer qui ont donné l'alerte sur les pratiques jugés discriminatoires et les prix excessifs pratiqués par plusieurs compagnies pharmaceutiques, qui violeraient aussi la loi en appliquant des tarifs différenciés entre secteur privé et public. Le cancer du sein est le plus répandu en Afrique du Sud. Et c'est le laboratoire Roche qui commercialise le médicament prescrit pour le traitement de cette maladie. Mais son coût en Afrique du Sud est prohibitif : pour un traitement de 6 mois, les...
(AFP 17/06/17)
La Cour pénale internationale (CPI) annoncera le 6 juillet sa décision concernant la violation ou non des lois internationales par l'Afrique du Sud qui avait refusé d'arrêter sur son sol en 2015 le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour. La CPI convoque pour le 6 juillet les représentants de l'Afrique du Sud et la procureure de la Cour pour assister à son rendu de décision, précise un communiqué officiel. Pretoria avait affirmé en avril 2017 au cours d'une audience inédite devant la CPI n'avoir violé aucune loi en refusant d'arrêter sur son sol en 2015 Omar el-Béchir. "Il n'est et n'était pas du devoir de l'Afrique du Sud, aux termes du droit international, d'arrêter le chef en...
(AFP 17/06/17)
Le groupe public marocain OCP, géant mondial des phosphates, a dénoncé vendredi la décision de la justice sud-africaine de maintenir sous séquestre, en attendant un procès sur le fond, une cargaison de phosphates partie du Sahara occidental. L'Office chérifien des phosphates (OCP) "conteste la décision de renvoyer le dossier sur le fond, et le fait qu'une juridiction locale s'approprie un dossier qui n'a rien à voir avec l'Afrique du Sud", a déclaré à l'AFP le directeur juridique de l'OCP, Otmane Bennani Smires. L'Afrique du Sud avait arraisonné le 1er mai un cargo chargé de phosphates parti de Laâyoune, au Sahara occidental sous contrôle...
(RFI 17/06/17)
La justice sud-africaine a ordonné jeudi 15 juin le maintien sous séquestre d'un cargo chargé de phosphates en provenance du Sahara occidental. Le cargo est bloqué depuis le début du mois de mai au large de Port Elizabeth, en Afrique du Sud, suite à une plainte des indépendantistes sahraouis du Front Polisario qui accusent l'Office chérifien des phosphates (OCP) de pillage des ressources du peuple sahraoui. La justice sud-africaine entend se prononcer sur le fond de l'affaire, mais aucune date n'a encore été fixée pour un procès. L'affaire fait grand bruit au Maroc. Le 1er mai dernier, le NM Cherry Blossom chargé de 50 000 tonnes de phosphates extraits au Sahara occidental a été arraisonné par les autorités judiciaires de...
(Le Monde 16/06/17)
La corruption mine la première puissance industrielle d’Afrique. Les investisseurs se méfient de Jacob Zuma. En ultime ressort, le ministre des finances sud-africain a tenté l’optimisme. « Nous pensons que le verre est à moitié plein. Nous avons encore le temps de remettre les choses en ordre », a déclaré Malusi Gigaba, jeudi 15 juin à Pretoria, lors d’un point presse très attendu sur l’économie sud-africaine. Le ministre réagissait à une cascade de mauvaises nouvelles et à un feuilleton de révélations, qui achèvent d’ôter toute crédibilité au gouvernement de Jacob Zuma. Sans convaincre.
(AFP 16/06/17)
Près de deux siècles après sa mort, un des plus célèbres chefs rebelles indigènes de l'histoire de l'actuelle Afrique du Sud a été symboliquement enterré vendredi dans sa terre natale, lors d'une cérémonie traditionnelle dans sa ville de Hankey (sud). Mort en 1830 en Australie, Dawid Stuurman fut l'un des meneurs de la résistance menée au début du XIXe siècle par les tribus Khoïsan, les populations autochtones d'Afrique australe, contre les colonisateurs britanniques. Emprisonné sur l'île de Robben Island, célèbre pour avoir ensuite accueilli le héros de la lutte antiapartheid Nelson Mandela, le chef Stuurman est parvenu à s'en échapper à deux reprises avant d'être exilé dans un pénitencier australien. Après avoir purgé sa peine, il est mort à Sydney,...
(RFI 16/06/17)
Le gouvernement sud-africain a dévoilé ce jeudi 15 juin un tout nouveau code minier attendu depuis des années. Celui-ci oblige désormais les entreprises du secteur à augmenter la part de leur actionnariat noir. A la Bourse de Johannesburg, la nouvelle a aussitôt provoqué la chute des cours. Pour le ministre des Ressources minières, ce nouveau code va permettre un changement radical. Aujourd'hui encore, l'industrie minière est largement contrôlée par la minorité blanche du pays.
(AFP 15/06/17)
La justice sud-africaine a ordonné jeudi le maintien sous séquestre jusqu'à un procès sur le fond d'un cargo chargé de phosphates extraits du territoire disputé du Sahara occidental, bloqué depuis le mois dernier au large de Port-Elizabeth. Ce bateau, parti de Laâyoune (au Sahara occidental sous contrôle marocain) et battant pavillon des îles Marshall, a été arraisonné le 1er mai par la police alors qu'il faisait escale dans le port sud-africain (sud) en direction de la Nouvelle-Zélande. Les indépendantistes sahraouis avaient porté plainte devant un juge local au motif que ce transport était illégal. Dans un jugement rendu jeudi consulté par l'AFP, un tribunal de Port-Elizabeth a renvoyé sa décision sur le fond du litige à un futur procès dont...
(AFP 15/06/17)
Le gouvernement sud-africain a dévoilé jeudi un nouveau code minier qui oblige les entreprises du secteur à augmenter sensiblement la part de leur actionnariat noir, provoquant la chute des cours de leurs actions à la bourse de Johannesburg. Ce nouveau document impose notamment aux compagnies qui souhaitent acquérir de nouveaux droits de prospection d'avoir un capital détenu à plus de 50% par des noirs. Pour obtenir de nouveaux droits d'exploitation, ces entreprises devront justifier d'un actionnariat composé à 30% de noirs, contre 26% selon la législation actuelle. Le ministre des Ressources minières Mosebenzi Zwane a présenté le nouveau code comme "un instrument important d'un changement radical, destiné à corriger les nombreuses inégalités du secteur minier d'avant 2002". Les entreprises auront...
(AFP 15/06/17)
La médiatrice sud-africaine de la République a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête préliminaire après la révélation dans la presse de milliers de courriels accusant le président Jacob Zuma et ses proches de corruption dans l'attribution de marchés publics. Les investigations conduites par Busisiwe Mkhwebane visent des accusations de "malhonnêteté" et "d'enrichissement illicite" par plusieurs hauts fonctionnaires d'entreprises publiques, a précisé le bureau de la médiatrice dans un communiqué.
(RFI 15/06/17)
En Afrique du Sud, la commission de la concurrence a ouvert une enquête contre trois géants de l'industrie pharmaceutique mondiale : Roche, Pfizer et Aspen sont soupçonnés de pratiques irrégulières. Ce sont les associations de défense des patients atteints de cancer qui ont donné l'alerte sur les pratiques jugées discriminatoires et les prix excessifs pratiqués par plusieurs compagnies pharmaceutiques qui violeraient aussi la loi en appliquant des tarifs différenciés entre secteur privé et public.

Pages