Lundi 22 Mai 2017
(APA 05/05/17)
Le Maroc est en position de force sur le plan international, a estimé, jeudi, le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, en réaction à l'arraisonnage à Port Elisabeth, en Afrique du Sud, d’un bateau transportant du phosphate marocain. « Nous sommes en position de force sur le plan politique. Le Maroc n'enfreint pas le droit international», a déclaré Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, lors de son point de presse hebdomadaire, ajoutant que « les manoeuvres des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume sont vouées à l'échec ». Le navire, à son bord 50.000 tonnes de phosphates destinées à la Nouvelle Zélande, a été arraisonné à la demande de la partie hostile à l'intégrité territoriale du Maroc, soit l'Algérie et...
(AFP 04/05/17)
La justice sud-africaine a ordonné jeudi au président Jacob Zuma de publier tous les documents qui ont justifié le récent et très controversé remaniement du gouvernement au cours duquel le respecté ministre des Finances Pravin Gordhan a été limogé. Saisi par le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), un juge du tribunal de la capitale, Pretoria, a exigé du chef de l'Etat qu'il remette au plaignant "tous les documents et enregistrements électroniques" liés au remaniement. Le limogeage fin mars de M. Gordhan a poussé dans les rues des dizaines de milliers de manifestants qui ont exigé la démission de M. Zuma, accusé de piller les deniers publics. Il a également accéléré la dégradation de l'Afrique du Sud au rang d'investissement...
(AFP 04/05/17)
La justice sud-africaine a inculpé mercredi un extravagant télévangéliste nigérian pour avoir détourné puis abusé sexuellement une vingtaine de ses ouailles. A la tête d'une congrégation très active dans la région de Durban (est), Tim Omotoso, 58 ans, a été arrêté à l'issue d'une course poursuite de plusieurs jours avec la police qui s'est achevée à l'aéroport de Port-Elizabeth (sud) le 21 avril. Les forces de l'ordre l'ont déniché dans des toilettes pour femmes où il s'était caché. Initialement poursuivi pour deux accusations d'abus sexuels, le pasteur fait désormais l'objet d'une vingtaine de plaintes qui...
(RFI 04/05/17)
Mille participants, dont une grande majorité d'entrepreneurs, et 13 chefs d'Etat et de gouvernement africains sont réunis, ce mercredi 3 mai, à Durban, en Afrique du Sud, pour le Forum économique mondial sur l'Afrique. Le «Davos de l'Afrique» s'ouvre sur fond de discussions sur l'avenir et les liens économiques des pays africains. Le Forum, comme il en a l’habitude, devrait aborder frontalement les défis du continent, ceux posés par la baisse des cours des matières premières qui ont plombé la croissance des locomotives africaines, même si l’on se réjouit de timides éclaircies. Une séance plénière sera consacrée aux Etats fragiles, une autre à la famine, une autre à la croissance inclusive - et l’Afrique du Sud en a besoin -...
(AFP 04/05/17)
Une magistrate sud-africaine blanche, qui avait suscité l'indignation l'an dernier dans son pays pour avoir suggéré sur internet que le viol faisait partie intégrante de la culture noire, a démissionné, a annoncé jeudi le ministère de la Justice. La juge Mabel Jansen, qui était suspendue depuis un an, a écrit au président Jacob Zuma et à son ministre de tutelle "pour les informer de sa démission à effet immédiat", a indiqué le ministère. "Dans leur culture, une femme est là pour leur donner du plaisir. Point final", avait notamment écrit la juge dans une série de messages publiés sur sa page Facebook privée. "C'est vu comme un droit absolu et le consentement d'une femme n'est pas requis", avait-elle ajouté. Face...
(Agence Ecofin 04/05/17)
(Agence Ecofin) - Le 2 mai, 10 rhinocéros noirs destinés au Parc National de l’Akagera ont atterri à l’aéroport de Kigali. L’importation d'Afrique du Sud, pour un coût avoisinant les 2 millions de dollars, du grand herbivore, dont l’espèce a été presque décimée par les braconniers, entre dans le cadre des efforts du gouvernement pour réintroduire les espèces en voie d'extinction dans le parc national de l’Akagera. « Le retour du rhinocéros témoigne de l'engagement extraordinaire du Rwanda en faveur de la restauration et de la conservation de la diversité naturelle dans le parc de l’Akagera », a déclaré Peter Fearnhead, le directeur général d’African Parks qui gère le parc rwandais. La diversité naturelle des parcs fait partie des principales...
(AFP 03/05/17)
L'écrivain sud-africain Karel Schoeman, considéré comme l'un des plus importants du continent africain, est décédé dans la nuit de lundi à mardi à Bloemfontein (centre) à l'âge de 77 ans après s'être laissé mourir de faim et de soif, ont rapporté les médias locaux. Afrikaner mais favorable au mouvement antiapartheid, il est l'auteur d'une bibliographie imposante d'une cinquantaine d'essais et de romans récompensés de nombreux prix. Né en 1939, Karel Schoeman avait reçu en 1999 la plus haute distinction sud-africaine, l'Ordre du Mérite, des mains de l'ancien président Nelson Mandela. Moins connus que ceux de ses contemporains J.M. Coetzee, Nadine Gordimer ou André Brink, ses romans comme "En étrange pays", "Retour au pays bien-aimé" ou la "Saison des adieux" ont...
(RFI 03/05/17)
Après l'échec de la journée du 1er-Mai, l'ANC et le Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu) se renvoient la responsabilité de la débâcle. Lundi, le président Jacob Zuma a essuyé les huées d'une partie des travailleurs affiliés au Cosatu. C'est la première fois que le président est sifflé en dehors de la province de Johannesburg. La première fois également que cela arrive lors d'un rassemblement de l'Alliance (ANC, PC et Cosatu) et la première fois qu'il est tout simplement empêché de s'exprimer. Cet événement sans précédent pourrait représenter un tournant. Le Cosatu devra peut-être bientôt faire un choix très clair entre Jacob Zuma et sa base militante, clairement lassée des frasques du chef de l'Etat. Il est désormais clair que les...
(AFP 02/05/17)
Le président sud-africain Jacob Zuma a du quitter précipitamment lundi un rassemblement du 1er mai après avoir été hué par la foule, alors qu'il devait prendre la parole. Le président se préparait à prononcer un discours à Bloemfontein, dans le centre du pays, organisé par la puissante centrale syndicale Cosatu, lorsque des manifestants ont entonné des chants anti-Zuma et demandé sa démission. Les organisateurs ont immédiatement mis fin au rassemblement dans un parc de la ville et aucun autre orateur n'a été autorisé à prendre la parole devant les milliers de participants. Des images de télévision ont montré le président Zuma, quittant précipitamment les lieux dans un convoi de véhicules fortement sécurisé. Des heurts se sont produits entre des participants...
(RFI 02/05/17)
En Afrique du Sud, les candidatures se précisent dans la course pour prendre la présidence de l'ANC, le parti au pouvoir, en fin d'année. L'ancien trésorier du parti majoritaire, Mathews Phosa, vient de se déclarer officiellement candidat. Critique vis-à-vis des dérives du leadership du parti au pouvoir, il entend défendre la démocratie sud-africaine contre «la dictature». Les candidatures à la présidence du Congrès national africain (ANC) s'ouvriront officiellement en juin, mais plusieurs figures du parti ont déjà commencé leur campagne, plus ou moins officiellement.
(Agence Ecofin 02/05/17)
(Agence Ecofin) - En République démocratique du Congo, la fourniture aux miniers d’énergie importée d’Afrique du Sud risque de ne pas être aussi rapide que prévu. La SNEL, la société nationale en charge de la fourniture électrique, vient en effet de conclure avec l’Eskom un accord sur l’importation de 200 MW et s’impose en intermédiaire entre la compagnie sud-africaine et les entreprises minières installées dans la province du Katanga auxquelles cet approvisionnement est destiné. Lors des négociations avec l’Eskom, les miniers avaient émis le vœu de s’approvisionner directement auprès d’elle, mais cette doléance était contraire aux lois du Pool énergétique de l’Afrique australe qui exigent qu’ils passent par leur compagnie nationale d’électricité. Cependant, selon les dires de Ben Munanga, le...
(RFI 29/04/17)
En Afrique du Sud, le président Jacob Zuma n'est pas le bienvenu aux cérémonies du 1er-Mai. Le chef de l'Etat devrait théoriquement prendre la parole lundi à Bloemfontein où aura lieu le principal défilé de la Cosatu, la plus importante centrale syndicale du pays, alliée historique de l'ANC, le parti au pouvoir. Mais alors que le chef de l'Etat fait face à une contestation sans précédent, plusieurs syndicats ont demandé à ce qu'il ne marche pas à leurs côtés. Au moins 4 syndicats - dont l'un des plus importants de la Cosatu...
(AFP 28/04/17)
La justice sud-africaine a inculpé vendredi un homme de 33 ans accusé de vouloir assassiner des membres du gouvernement et des personnalités soupçonnées d'avoir bénéficié des nombreux scandales de corruption qui agitent le pays depuis des mois. Selon des informations non confirmées publiées par les médias locaux, le président Jacob Zuma et des membres de la famille d'hommes d'affaires Gupta figuraient sur sa liste. Depuis des mois, M. Zuma est épinglé par la presse et l'opposition pour son rôle dans plusieurs affaires de détournement de fonds publics et de favoritisme impliquant les Gupta. Présenté devant un tribunal de Johannesburg, le suspect, Elvis Ramosebudi, a été formellement accusé pour "association de malfaiteurs en vue de commettre des meurtres" et placé en...
(RFI 28/04/17)
L’Afrique du Sud célébrait jeudi 27 avril le Freedom Day, la journée de la liberté qui marque les premières élections démocratiques de l'histoire du pays. Il y a 23 ans, elles allaient porter Nelson Mandela au pouvoir. Aujourd’hui, le parti au pouvoir traverse la plus importante crise de son histoire, confronté à une contestation grandissante, y compris dans ses propres rangs. Alors que l’opposition politique et la société civile se réunissaient à Pretoria pour un rassemblement anti Zuma, le chef de l’Etat, lui, se trouvait dans le KwaZulu-Natal. C’est chez lui, dans sa province d’origine et bastion de l’ANC, que le président Jacob Zuma a célébré la journée de la liberté. Loin des manifestations, dans un village. Une cérémonie sobre,...
(AFP 27/04/17)
Quelque 2.000 personnes se sont réunies jeudi à Pretoria pour exiger le départ du président sud-africain Jacob Zuma, à l'occasion du "Jour de la liberté" qui marque la tenue en 1994 des premières élections libres de l'histoire du pays à la chute de l'apartheid. Réunis à l'appel d'un nouveau "Mouvement de la liberté", alliant partis et groupes de la société civile hostiles à M. Zuma, les manifestants, se sont rassemblés dans un parc de la capitale, brandissant des pancartes "Zuma doit partir". Accusé de piller les deniers publics, le chef de l'Etat est confronté depuis des mois à la grogne croissante de la population. Le remaniement ministériel controversé qu'il a ordonné fin mars, marqué par le limogeage du respecté ministre...
(RFI 27/04/17)
L'Afrique du Sud va devoir suspendre ses projets nucléaires. Mercredi 26 avril, la justice a déclaré que tous les accords nucléaires passés ces dernières années par le gouvernement étaient illégaux et inconstitutionnels car les autorités n'ont pas respecté la procédure. La justice avait été saisie par deux associations de protection de l'environnement. Un coup dur pour le gouvernement. C'est un sacré revers pour le gouvernement sud-africain qui depuis 2010 tente de relancer ses projets nucléaires. Pretoria souhaite réduire sa dépendance au charbon et a prévu de construire 6 à 8 centrales d'ici 2037. Un accord de coopération avec la Russie a déjà été signé et une demande d'information a été émise pour la construction de ces centrales. Mais mercredi, la...
(AFP 26/04/17)
La justice sud-africaine a déclaré mercredi "inconstitutionnels et illégaux" des accords de coopération signés avec la Russie, les Etats-Unis et la Corée du Sud en vue de la relance du programme nucléaire civil, cible de nombreuses critiques dans le pays. En "suspendant" ces accords, le tribunal de la ville du Cap a donné raison à plusieurs ONG qui dénonçaient l'opacité du processus. "La règle de droit a prévalu dans cette longue et complexe bataille", s'est réjouie auprès de l'AFP Makoma Lekalakala, la porte-parole de Earthlife Africa, l'une des associations plaignantes. Deux autres accords du même genre signés avec la France et la Chine n'ont pas été dénoncés par la justice. Ces différents accords de coopération constituaient une première étape en...
(RFI 26/04/17)
En Afrique du Sud, une thèse de doctorat rédigée en Xhosa fait sensation. Le Xhosa est parlé par plus de huit millions de personnes, soit environ 18 % de la population. L’auteur de la thèse, un étudiant de l’Université de Rhodes dans le sud-est du pays, a choisi d’écrire sur la langue Xhosa au Zimbabwe, le pays voisin. Dans un pays avec 11 langues officielles mais où l’anglais domine, il s’agit d’une véritable victoire pour ceux qui militent pour l’enseignement en langue vernaculaire. Près de 300 pages rédigées en Xhosa. Pour Hleze Kunju, étudiant à l’université de Rhodes, c’est une fierté. Elevé dans un petit village de la province du Cap Oriental, toute sa scolarité s’est déroulée dans sa langue...
(AFP 25/04/17)
Henri van Breda, le fils d'une riche famille sud-africaine soupçonné d'avoir assassiné ses parents et son frère à coups de hache, est revenu mardi sur les lieux du crime, au deuxième jour de son procès devant un tribunal du Cap. Le juge Siraj Desai, flanqué de l'accusé toujours vêtu d'un impeccable costume et d'une escorte de plusieurs policiers, a conduit la visite de la maison familiale, dans un quartier huppé de la ville de Stellenbosch (sud). "Nous avions besoin d'emmener le juge sur les lieux. Nous voulions lui montrer les chambres. Nous avons aussi observé l'endroit où ont été trouvés les corps et la hache", a indiqué le porte-parole du parquet, Eric Ntabazalila. A l'ouverture du procès lundi, l'accusé de...
(AFP 23/04/17)
Depuis vingt ans qu'il fait du vin, Ken Forrester s'est rarement plaint de son sort. "Nous n'avons jamais eu de mauvaise année", dit-il, "nos affaires prospèrent". Mais le producteur de Stellenbosch l'avoue, l'avenir de l'industrie viticole sud-africaine l'inquiète. Accroupi au milieu de ses rangées de ceps posées sur 50 hectares au pied des montagnes, Ken Forrester soupèse délicatement quelques grappes de son produit phare. Du chenin blanc. "Regardez cette moisissure. Elle est parfaite. Cette grappe-là est prête à être cueillie", explique le sexagénaire. "Il est très important de cueillir le fruit au bon moment. Sinon, votre vin est juste banal, et un vin banal, n'importe qui d'autre peut en faire". Sa recette semble porter ses fruits: l'an dernier, il a...

Pages