| Africatime
Dimanche 30 Avril 2017
(RFI 18/04/17)
Cette fiction sud-africaine entièrement tournée dans la communauté xhosa s'attaque à deux tabous majeurs sur le continent : les rituels d'initiation et l'homosexualité. Réalisé par John Trengove, Les Initiés, un film sélectionné dans des festivals prestigieux comme Sundance aux Etats-Unis et à la Berlinale en Allemagne sort ce mercredi 19 avril sur les écrans en France. Province du Cap-Oriental. Xolani, un ouvrier discret, encadre les rituels d'initiation et en profite pour retrouver un amant. Mais un des jeunes, venu de Johannesburg, va découvrir leur secret. Plus que l'homosexualité, le plus délicat pour un réalisateur blanc comme John Trengove, c'était de filmer des cérémonies secrètes de la communauté xhosa. « En Afrique du Sud, le plus gros tabou, ce sont les...
(RFI 18/04/17)
Un opposant au président congolais Joseph Kabila a obtenu l'asile politique en Afrique du Sud. Il s'agit du pasteur Joseph Mukungubila. Les autorités congolaises l'accusent d'être impliqué dans des violences fin 2013. Surnommé par ses fidèles « le prophète de l'Eternel », Joseph Mukungubila est à la tête d'une Eglise implantée notamment à Kinshasa et Lubumbashi. Candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2006, il se présente comme un opposant au régime de Joseph Kabila dénonçant ses origines rwandaises et le pillage des ressources naturelles par ce pays voisin. Fin 2013, des hommes se présentant comme ses partisans attaquent des sites stratégiques dans plusieurs villes du pays, dont le siège de la radio-télévision nationale. La répression est sévère, plusieurs centaines de...
(AFP 17/04/17)
Le pasteur Joseph Mukungubila, recherché par la République démocratique du Congo pour son implication présumée dans des violences fin 2013, a obtenu l'asile politique en Afrique du Sud, a-t-on appris lundi auprès de son entourage. "Il a obtenu l'asile politique suite à une décision rendue le 30 mars", a affirmé à l'AFP, Charlie Mingiedi, le porte-parole du pasteur Mukungubila. "C'est un soulagement. Il peut s'impliquer de nouveau dans la vie politique" congolaise, a-t-il ajouté. Les autorités sud-africaines n'étaient pas joignables lundi. Chef de "l'Eglise du Seigneur Jésus-Christ", Joseph Mukungubila, qui se fait appeler "prophète de l'Eternel", est accusé par les autorités de Kinshasa d'être le cerveau d'attaques
(La Tribune 16/04/17)
Alors que le pays était promis à la reprise, l'Afrique du sud renoue avec l'incertitude après le limogeage du ministre des finances Pravin Gordhan par le président Jacob Zuma, le 31 mars dernier. La décision n'a pas encore fini de provoquer des séismes dans le monde de la finance qui considère déjà que l'avenir du pays est incertain... 15 jours sont passés, et les conséquences du limogeage du ministre des finances sud-africain continuent de se manifester. Selon des données compilées de Bloomberg, les rachats de dettes par les entreprises de services financiers, qui ont enregistré un record trimestriel au cours des trois premiers mois de l'année, menacent d'être complètement bloqués. La décision du président sud-africain, Jacob Zuma de limoger son...
(RFI 15/04/17)
En Afrique du Sud, les critiques se dirigent vers Nkozasana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la Commission de l'Union africaine, et désormais pressentie comme héritière de Jacob Zuma. Bien que n'occupant aucun poste officiel, n'étant ni ministre ni députée, elle bénéficie d'un coûteux service de sécurité, payé bien sûr avec de l'argent public. Une situation mal vue au moment même où se multiplient les manifestations pour dénoncer la corruption au sein du gouvernement sud-africain. Elle n'a beau être qu'un simple membre du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, Nkosazana Dlamini-Zuma...
(Le Monde 14/04/17)
Le 12 avril, l’opposition manifestait à Pretoria pour faire tomber le président. A défaut d’y parvenir par la rue, elle compte sur un vote de défiance au Parlement. Pour ses 75 ans, le 12 avril, on a apporté au président sud-africain un gâteau géant jaune-vert-noir, les couleurs du Congrès national africain (ANC), afin qu’il le découpe, comme le veut la tradition. Dans la tente plantée à Soweto, où est organisé l’anniversaire de Jacob Zuma, tout semble aller pour le mieux, à quelques...
(RFI 14/04/17)
L'avenir du président Jacob Zuma à nouveau suspendu à une décision de justice. Une motion de défiance contre le chef de l'Etat devait avoir lieu au Parlement la semaine prochaine. Elle a été reportée mercredi 12 avril à la demande de l'opposition qui a saisi la justice pour obtenir un vote à bulletin secret. Il s'agit de la sixième motion de défiance contre le président sud-africain. L'opposition pousse pour un vote de défiance à bulletin secret et a saisi la Cour constitutionnelle. Le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC)...
(APA 14/04/17)
APA Kinshasa (RDC).- Des entreprises minières congolaises envisagent d’importer de l’électricité de la firme sud-africaine ESKOM afin de faire face au déficit local d’énergie qui a affaibli la production minière de la RD Congo, a indiqué le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) dans l’ex-province du Katanga (sud du pays), Eric Monga cité par l’agence Reuters. Cette question est au centre des échanges, jeudi et vendredi, entre des délégués de la Société nationale d’électricité (SNEL entreprise publique) et de la FEC. La RDC fait face à des déficits énergétiques massifs et des précipitations devenues « limitées » pourraient entraîner une chute de production de près de 50% dans les principales centrales hydroélectriques du pays au cours de...
(Jeune Afrique 13/04/17)
Les protestations anti-Zuma se poursuivent à travers tout le pays, comme hier à Pretoria la capitale. Attaqué de toutes parts, le président a brandi l’étendard du racisme. Drôle d’argument pour le chef de l’État qui avait déclaré en janvier 2016 : “Nous avons vaincu le racisme, notre société est une nation arc-en-ciel et non raciale.” « Les marches de la semaine dernière ont démontré que le racisme est bien réel et qu’il existe dans notre pays. » Cette déclaration de Jacob Zuma qui datent du 10 avril dernier, a été prononcée pendant la célébration des vingt-quatre ans de la mort de Chris Hani, militant communiste et anti-apartheid. C’est la première fois dans l’histoire politique récente du pays qu’un leader brandit...
(RFI 13/04/17)
En Afrique du Sud, presque tous les partis politiques – à l'exception de deux – ont défilé ce mercredi 12 avril à Pretoria pour réclamer la démission de Jacob Zuma et dénoncer la corruption du gouvernement. Au même moment, le président sud-africain fête son 75e anniversaire avec ses militants à Soweto. Presque toute l’opposition sud-africaine a défilé ce mercredi après-midi contre Jacob Zuma. Un événement rare. Des milliers de personnes étaient déjà descendues dans les rues vendredi dernier, mais cette fois...
(Agence Ecofin 13/04/17)
(Agence Ecofin) - La République démocratique du Congo (RDC) envisage de s’approvisionner en électricité auprès de l’Afrique du Sud. Le pays, qui est déjà en proie à des délestages massifs, craint une dégradation de sa situation entre mai et septembre prochains avec la saison sèche qui pourrait diminuer de moitié la production de ses centrales hydroélectriques. Une délégation du secteur électrique congolais et de la chambre de commerce négociera donc aujourd’hui et demain avec l’Eskom dans le but d’obtenir un contrat de fourniture qui bénéficiera principalement à la région minière du Katanga, dans le sud-est du pays. Cette dernière, qui ne reçoit actuellement que la moitié de l’énergie dont elle a besoin, a recours aux groupes électrogènes pour pallier cette...
(AFP 12/04/17)
Plusieurs milliers de personnes étaient réunies mercredi à Pretoria à l'appel de l'opposition pour exiger à nouveau le départ du président Jacob Zuma, cible de toutes les critiques depuis un remaniement gouvernemental controversé il y a deux semaines. Pour la plupart militants de l'Alliance démocratique (DA) et des Combattants économiques de la liberté (EFF), les deux principaux partis hostiles au Congrès national africain (ANC) au pouvoir, les manifestants doivent marcher à la mi-journée sur la présidence. Englué depuis des mois dans une litanie d'affaires de corruption, M. Zuma est secoué par une nouvelle tempête politique...
(RFI 12/04/17)
Nouvelle journée de mobilisation ce mercredi 12 avril contre Jacob Zuma en Afrique du Sud. Pas moins de neuf partis politiques ont appelé à manifester pour demander sa démission. Le président sud-africain fait face à une véritable tempête politique depuis son remaniement ministériel controversé. Et dans une semaine il va devoir faire face à un vote de défiance au Parlement. Mardi, l'ancien président Thabo Mbeki a d'ailleurs appelé les députés du parti au pouvoir à voter contre le chef de l'Etat. Thabo Mbeki invite à la rébellion. Dans une interview, l'ancien président sud-africain appelle les députés du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, à agir dans l'intérêt du peuple et non du parti. Un appel très clair à...
(Le Monde 12/04/17)
Le limogeage du ministre des finances par le président Jacob Zuma a entraîné une baisse de la note souveraine du pays et suscite la méfiance des investisseurs. L’instabilité politique en Afrique du Sud rend l’avenir économique incertain, souligne le média en ligne américain Quartz. Le président Jacob Zuma a nommé des proches lors d’un vaste remaniement gouvernemental, le 31 mars. Il a notamment remplacé Pravin Gordhan, quatrième ministre des finances en seize mois et apprécié par la communauté des affaires pour sa prudence. Vendredi, l’agence de notation financière Fitch Ratings a abaissé la note souveraine du pays en catégorie spéculative, la faisant passer de « BBB – » à « BB + », ce qu’avait déjà fait Standard and Poor’s,...
(AFP 11/04/17)
L'ancien président sud-africain Thabo Mbeki a demandé mardi aux députés du Congrès national africain au pouvoir d'agir dans l'intérêt "du peuple" et non "du parti", à une semaine d'un vote de défiance au Parlement contre Jacob Zuma, l'actuel chef de l'Etat. "Nos députés siègent au Parlement comme des représentants du peuple (...) pas comme la voix du parti politique auquel ils appartiennent", écrit l'ex-chef de l'Etat dans une tribune publiée dans le quotidien The Star. “La controverse actuelle a peut-être, enfin, obligé notre pays à mieux définir la relation constitutionnelle et morale entre le peuple et ses élus", a-t-il ajouté. Jacob Zuma, embourbé depuis des mois dans de nombreux scandales de traverse une nouvelle tempête politique depuis fin mars, après...
(RFI 11/04/17)
En Afrique du Sud, l'opposition continue de se mobiliser pour demander le départ du président Jacob Zuma. Lundi 10 avril, plusieurs partis d'opposition se sont mis d'accord pour unir leur force et organiser de nouvelles actions. Vendredi 7 avril, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues. Le président Zuma a provoqué une véritable tempête quand il a remanié son gouvernement il y a deux semaines et limogé son ministre des Finances. Depuis, partis politiques, société civile, milieux des affaires et même certains membres de l'ANC, le parti au pouvoir, demandent sa démission. Neuf partis d'opposition sont unis pour faire tomber le président Jacob Zuma. Tous appellent à une journée de mobilisation mercredi 12 avril, une manifestation devant le...
(AFP 10/04/17)
Le président sud-africain Jacob Zuma a dénoncé lundi à l'occasion d'un hommage à un héros de la lutte anti-apartheid, le caractère "raciste" des manifestations de grande ampleur qui réclamaient sa démission, la semaine dernière, dans les principales villes du pays. "Les marches qui ont été organisées la semaine dernière montrent que le racisme est réel et qu'il existe dans notre pays", a assuré le chef de l'Etat. "Plusieurs panneaux représentaient des opinions que l'on croyait disparues en 1994 (à la fin de l'apartheid), certains dépeignant même les Noirs comme des babouins", a-t-il poursuivi.
(AFP 10/04/17)
Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud a estimé dimanche que le gouvernement allait devoir réexaminer ses projets en matière de nucléaire civil en raison de la récente dégradation de la note souveraine du pays en catégorie spéculative. Ultra-dépendante du charbon (90%) pour son approvisionnement en électricité, la première économie industrialisée du continent envisage de relancer son programme nucléaire civil avec un méga-contrat, estimé à quelque 73 milliards de dollars selon le projet élaboré en 2010 . Mais en quelques jours, deux grandes agences de notation financière...
(RFI 10/04/17)
En Afrique du Sud, le ministre de la Sécurité d'Etat pourrait ouvrir une enquête sur un mystérieux rapport des renseignements qui aurait servi de base au limogeage du ministre des Finances Pravin Gordhan. La validité de ce rapport a été massivement remise en cause par l'opposition sud-africaine qui y voit un dossier monté de toutes pièces. Pour justifier le remaniement ministériel du 30 mars, le président Jacob Zuma se serait appuyé sur un rapport des renseignements mettant en cause la loyauté de Pravin Gordhan. L'ex-ministre des Finances est soupçonné d'avoir noué des liens à l'étranger pour tenter de pousser le chef de l'Etat à la démission. L'existence et le contenu de ce rapport controversé ont été évoqués à plusieurs reprises...
(RFI 10/04/17)
En Afrique du Sud, le remaniement ministériel décidé par Jacob Zuma n’en finit pas de secouer l'économie sud-africaine et les sanctions ne se sont pas faites attendre. L'agence Fitch ratings a emboité le pas vendredi à Standard And Poor's en reléguant le pays dans la catégorie spéculative, à BB+. Une décision attendue, mais qui n'en est pas moins alarmante pour l'avenir économique de l'Afrique du Sud. Pour l'agence Fitch, le remaniement ministériel de la semaine dernière, risque de « saper, si ce n'est inverser, les progrès effectués dans la gouvernance des entreprises publiques » en Afrique du Sud, avec de sérieuses conséquences sur les comptes de l'Etat. L'association bancaire sud-africaine a regretté dans un communiqué les conséquences « dévastatrices »...

Pages