Mercredi 13 Décembre 2017

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011
(AFP 03/08/17)
Stephen McGown.

Près de six ans après son enlèvement, le Sud-Africain Stephen McGown, kidnappé par Al-Qaïda avec trois autres touristes dans un hôtel de Tombouctou dans le nord du Mali, a été libéré fin juillet et a retrouvé sa famille en Afrique du Sud, a-t-on appris jeudi.

L'ancien otage âgé de 42 ans suit actuellement des examens médicaux de routine et a déjà pu revoir son père et sa femme.

"C'était une énorme surprise quand il a passé la porte. Quand je l'ai étreint, il était en bonne santé et aussi fort qu'avant. Il a été bien traité", a déclaré son père Malcolm McGown, visiblement ému, lors d'une conférence de presse à Pretoria.

"Il m'a regardé et m'a dit que mes cheveux avaient poussé. Je lui ai répondu que les siens étaient encore plus longs!", a plaisanté son épouse, Catherine, cheveux blonds aux épaules.

Interrogé sur les conditions de la libération de Stephen McGown, le ministre sud-africain de la Sécurité intérieure David Mahlobo a assuré que le gouvernement n'avait payé "aucune rançon".

"Notre politique étrangère est très claire: nous ne payons pas de rançon. Nous avons pu le libérer sans conditions", a-t-il expliqué.

"Le gouvernement nous a aidés depuis le début. Ca a pris du temps mais mon fils est libre, il va bien", s'est réjoui le père de l'ancien otage kidnappé dans la ville historique de Tombouctou le 25 novembre 2011.

Ce jour-là, un groupe d'hommes armés avait fait irruption sur la terrasse d'un hôtel fréquenté par des Occidentaux. Un Allemand avait tenté de résister et été tué.

Le commando avait ensuite emmené M. McGown, ainsi que deux autres touristes, Sjaak Rijke - un Néerlandais libéré en 2015 par les forces françaises - et un Suédois Johan Gustafsson relâché fin juin 2017.

L'enlèvement avait été revendiqué par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

- Simple touriste -
"La famille (de M. McGown), le gouvernement, le peuple sud-africain et la communauté internationale ont fait campagne pour sa libération. Nous sommes heureux d'annoncer que ces efforts ont abouti. Nous lui souhaitons un excellent retour chez lui", a salué la ministre des Affaires étrangères, Maite Nkoana-Mashabane.

Elle s'est également dite "ulcérée par les activités des groupes comme Al-Qaïda, l'Etat islamique (...) qui kidnappent des citoyens innocents. Souvenez-vous qu'il était un simple touriste à Tombouctou".

Dans un communiqué, Pretoria a également remercié "le gouvernement malien et les organisations non-gouvernementales (...) pour leurs efforts qui ont permis la libération de M. McGown".

Pendant sa longue captivité, la mère du jeune homme est décédée. "Stephen rentre chez lui et découvre que sa mère n'est plus là. C'est très très dur pour eux", a déclaré sur la chaîne Enca Imtiaz Sooliman, le directeur de Gift of the Givers, une ONG sud-africaine qui avait envoyé en 2015 un négociateur pour obtenir la libération du touriste.

Fin juin 2017, quelques jours après la libération de Johan Gustafsson, le père de Stephen McGown avait assuré à l'AFP que son fils allait "bien" et qu'il ne subissait pas de mauvais traitements.

Le mois dernier, Al-Qaïda avait publié une vidéo de six otages étrangers, dont M. McGown, où le groupe jihadiste assurait qu'aucune négociation n'avait commencé pour leur libération.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ils ont depuis été en grande partie chassés de cette région par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, et qui se poursuit actuellement.

sn-pid/bed/jlb

Commentaires facebook