Vendredi 22 Septembre 2017

L’Afrique du Sud commémore les 40 ans de la mort de Steve Biko

L’Afrique du Sud commémore les 40 ans de la mort de Steve Biko
(RFI 13/09/17)
Steve Biko, le leader du Black Consciousness Movement.

En Afrique du Sud le pays célébrait ce mardi 12 septembre les quarante ans de la mort de Steve Biko, le leader du Black Consciousness Movement qui a permis de renouveler les termes de la lutte contre l'apartheid. L'intellectuel charismatique est mort à 30 ans, le 12 septembre 1977, d'une hémorragie cérébrale, seul dans sa cellule, après avoir été battu à mort par la police du régime de l'apartheid. Après la fin de l'apartheid, l'héritage du mouvement de Steve Biko a été trop souvent négligé alors que l'ANC tend à monopoliser l'histoire de la lutte pour la libération des noirs en Afrique du Sud. Plusieurs cérémonies étaient organisées ce mardi en mémoire de l'icône de la lutte contre l'apartheid.

Le président Jacob Zuma s'est rendu dans l'enceinte de la prison centrale de Pretoria pour déposer une gerbe de fleurs dans la cellule où Steve Biko a trouvé la mort il y a quarante ans. Le chef de l'État sud-africain a salué la mémoire de celui « qui s'est toujours battu contre la suprématie blanche (...) tout en encourageant la libération psychologique des noirs ». « Il a essayé d'éveiller la conscience de notre pays, en disant qu'être noir n'est pas un pêché. C'est l'œuvre de Dieu. Et on ne devrait pas se sentir inférieur à cause de cela. On doit en être fiers car c'est ce que nous sommes. »

Pourtant, le combat de Steve Biko pour la liberté « est loin d'être achevé » en Afrique du Sud. Aujourd'hui le pays est toujours profondément marqué par la pauvreté et les inégalités, et les observateurs de la vie politique remarquent encore que Steve Biko aurait bien du mal à trouver des héritiers parmi les dirigeants sud-africains actuels.

Pour son fils, Nkosinathi Biko, seule la jeunesse peut reprendre le flambeau : « Son héritage est toujours d'actualité, il n'y a aucun doute là-dessus. Et c'est ce que les jeunes nous rappellent, quand ils manifestent dans leurs universités, pour la gratuité de l'enseignement supérieur. Ils se réfèrent toujours à Steve Biko, et c'est son vocabulaire qu'ils utilisent pour s'exprimer. »

Lire la suite sur:http://www.rfi.fr/afrique/20170912-afrique-sud-commemore-40-ans-mort-ste...

Commentaires facebook