Lundi 29 Mai 2017

Dans le monde

(AFP)

En cavale depuis deux jours, le leader de la contestation populaire dans le nord du Maroc Nasser Zefzafi a été arrêté lundi après avoir défié l'Etat pendant plus de six mois.

Nasser Zefzafi a été interpellé au petit matin "en compagnie d'autres individus", et transféré dans la foulée à Casablanca, selon le parquet d'Al-Hoceïma (nord), qui n'a pas précisé les circonstances exactes de l'arrestation.

M. Zefzafi était recherché depuis vendredi soir par la justice pour avoir interrompu le prêche d'un imam à la mosquée Mohammed V, la principale de la ville d'Al-Hoceïma.

(AFP)

Le Brexit s'est invité au cœur du duel télévisé à distance lundi soir entre la Première ministre britannique Theresa May, prête à ne pas signer d'accord avec Bruxelles, et son rival travailliste Jeremy Corbyn, déterminé à trouver une issue.

A dix jours des élections législatives, les deux leaders du Parti conservateur et travailliste ont été interrogés successivement et séparément par le public puis le journaliste Jeremy Paxman devant des millions de téléspectateurs.

(AFP)

Les opposants au président vénézuélien Nicolas Maduro défilaient par milliers lundi avec l'ambition d'accentuer la pression sur le chef de l'Etat et son projet contesté de réforme de la Constitution.

Dans l'est de la capitale, les manifestants tentaient de rejoindre les locaux du Défenseur du Peuple, autorité chargée de veiller au respect des droits de l'Homme mais accusée de servir le gouvernement, située dans le centre de Caracas. Ils ont été arrêtés par les canons à eau et les gaz lacrymogènes des forces de l'ordre.

(AFP)

Trente quatre migrants africains dont l'embarcation avait pris feu ont été repêchés sains et saufs dimanche au large des côtes espagnoles, dans une opération spectaculaire dont les images ont été diffusées lundi.

Dans le film réalisé par un avion militaire portugais mis à la disposition de Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières, on voit les migrants, pour la plupart équipés de gilets de sauvetage, se jeter à la mer quand le feu se déclare dans leur bateau pneumatique.

(AFP)

Emboîtant le pas à Angela Merkel, le chef de la diplomatie allemande a lancé lundi une salve contre Donald Trump, accusé d'affaiblir l'Occident, des propos illustrant l'agacement de la première puissance européenne vis-à-vis du président américain.

(AFP)

Un séisme de magnitude 6,6 a touché lundi l'île indonésienne des Célèbes, appelée aussi Sulawesi, a rapporté l'Institut américain de géophysique (USGS), mais aucune information sur d'éventuels dégâts et victimes n'était disponible dans l'immédiat.

Le tremblement de terre est survenu à 22h35 (14H35 GMT) à quelque 80 km au sud-est de la ville de Palu (nord), selon la même source.

La secousse, observée à une profondeur de neuf km, a été fortement ressentie, a dit à l'AFP Muhammad Guntur, un habitant des environs de Poso, une ville située juste à l'est de l'épicentre.

(AFP)

L'Union européenne a décidé lundi d'infliger des sanctions à huit responsables de l'appareil sécuritaire en République démocratique du Congo, dont trois ministres ou anciens ministres, et un ex-chef rebelle pour de "graves violations des droits de l'homme".

Cette liste, publiée au Journal officiel de l'UE, s'ajoute à celle de sept personnes soumises à des sanctions depuis décembre 2016 "en réponse aux entraves au processus électoral et aux violations des droits de l'Homme qui y étaient liées", a indiqué le Conseil de l'UE dans un communiqué.

(AFP)

Emmanuel Macron a prévenu lundi à Versailles que "toute utilisation d'armes chimiques" en Syrie ferait "l'objet d'une riposte immédiate" de la France, et qu'il souhaitait "renforcer le partenariat avec la Russie" sur ce dossier.

"J'ai indiqué qu'une ligne rouge très claire existe de notre côté: l'utilisation d'une arme chimique par qui que ce soit", qui fera "l'objet de représailles et d'une riposte immédiate de la part des Français", a déclaré le président Macron lors d'une conférence de presse commune avec son homologue russe Vladimir Poutine.

(AFP)

Les forces irakiennes continuaient lundi de progresser dans l'ouest de Mossoul, dernier grand fief du groupe Etat islamique (EI) en Irak, où quelque 200.000 civils piégés sont en grand danger selon l'ONU.

L'aviation irakienne a de nouveau largué des tracts exhortant les habitants à fuir les zones de combat et les quartiers aux mains des jihadistes mais l'ONU s'inquiète de l'impact humanitaire d'un nouvel exode massif dans les prochains jours.

(AFP)

Emmanuel Macron a assumé lundi l'exclusion des journalistes de Russia Today et Sputnik de sa campagne électorale, accusant ces deux médias russes d'être des "agents d'influence", lors d'une conférence de presse au côté de son homologue russe Vladimir Poutine.

"Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d'influence", a déclaré le président français, insistant: "Russia Today et Sputnik ont été des organes d'influence durant cette campagne qui, à plusieurs reprises, ont produit des contre-vérités."

(AFP)

Deux couples d'hommes qui s'embrassent, tenant une banderole "Stop à l'homophobie en Tchétchénie", la tour Eiffel en arrière-plan: Amnesty international a demandé à Emmanuel Macron de "faire pression" sur son homologue russe Vladimir Poutine, qu'il reçoit lundi à Versailles.

"Nous voulons que M. Macron fasse pression sur M. Poutine, qui à son tour fasse pression sur M. Kadyrov (le président tchétchène), qui persécute en toute impunité les homosexuels avec la bénédiction des autorités russes", a déclaré à l'AFP Cécile Coudriou, vice-présidente d'Amnesty international France.

(AFP)

Le pape François a reçu lundi dans une ambiance apparemment détendue le Premier ministre canadien Justin Trudeau, venu lui parler des autochtones du Canada victimes des politique d'assimilation auxquelles l'Eglise catholique a activement participé.

M. Trudeau devait demander au pape de venir au Canada présenter des excuses aux autochtones, victimes pendant plus d'un siècle de sévices dans des pensionnats régis principalement par l'Eglise.

(AFP)

Le Royaume-Uni a affirmé qu'il serait un "partenaire solide" de l'Europe, en réponse à la chancelière allemande Angela Merkel qui avait estimé dimanche ne plus pouvoir "entièrement compter" sur ses alliés à Londres et Washington.

"Nous voulons rassurer l'Allemagne et les autres grands pays européens que nous serons un partenaire solide sur la défense et la sécurité, et nous l'espérons, le commerce", alors que doivent s'engager les négociations du Brexit en juin, a affirmé la ministre britannique de l'Intérieur, Amber Rudd, sur BBC Radio 4.

(AFP)

Le chef du pouvoir judiciaire, l'ayatollah Sadegh Larijani, a critiqué lundi, sans le nommer, le président modéré Hassan Rohani réélu le 19 mai, pour avoir déclaré qu'il allait tenter de mettre fin à la résidence surveillée de deux leaders réformateurs.

(AFP)

Des dizaines d'internautes birmans ont été temporairement exclus de Facebook ces derniers jours pour avoir utilisé le terme "kalar", terme injurieux servant à désigner notamment les musulmans, dans un pays en proie à une montée de l'islamophobie.

Facebook, soumis à une pression mondiale pour éradiquer les discours haineux, les fausses informations ou les vidéos violentes, est le premier réseau social en Birmanie.

Le mot "kalar" est un terme controversé dans ce pays d'Asie du Sud-Est, très majoritairement bouddhiste, désignant les personnes d'origine indienne au départ.

(AFP)

Quelques jours après l'attentat de Manchester, les habitants viennent garnir les salles des cafés-théâtres, où l'humour est considérée une antidote dans une ville ciblée par le terrorisme.

"C'est important de garder son humour quand vous êtes confrontés au stress de certains évènements difficiles, ça aide à faire face", estime Cate Gardner, qui est venue fêter son anniversaire samedi soir au Frog and Bucket, petite salle de spectacle au cœur de Manchester.

(AFP)

José Antonio pourrait être infirmier, Beatriz avocate, mais ils ont délaissé leur carrière pour de petits boulots dans les quartiers touristiques de La Havane. A Cuba, les bas salaires ont souvent raison du prestige professionnel.

Sur une île où l'éducation, comme la santé, est gratuite, Jose Antonio Torres et Beatriz Estevez font partie des nombreux Cubains ayant eu accès aux études supérieures. Mais beaucoup déchantent en intégrant un marché du travail aux salaires dérisoires.

(AFP)

Le Royaume-Uni bénéficie d'une économie en bonne santé à l'approche des élections, mais cette image flatteuse masque un pays encore inégalitaire après des années d'austérité et qui laisse beaucoup de Britanniques au bord de la route.

Loin de la City de Londres et de son rayonnant secteur financier, le Royaume-Uni ressemble parfois au quotidien du héros du film de Ken Loach, "Moi, Daniel Blake", Palme d'or à Cannes en 2016, aux prises avec des services sociaux chamboulés par l'austérité du début des années 2010.

(AFP)

La Grande barrière australienne a en fait beaucoup plus souffert que ce que l'on craignait de deux épisodes consécutifs de blanchissement de ses coraux, ont averti lundi des scientifiques.

La hausse des températures de l'eau en mars et avril, induite par le réchauffement climatique, a généré en 2016 le pire épisode de blanchissement de coraux jamais connu par le récif de 2.300 kilomètres, inscrit en 1981 au Patrimoine mondial de l'Unesco.

(AFP)

Ils ont tenu leur conférence de presse dans la Galerie des Batailles du Château de Versailles et le lieu a tenu toutes ses promesses: visages fermés, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ne se sont fait aucun cadeau, qu'il s'agisse de la Syrie, des droits de l'Homme ou des médias russes.

"Nous nous sommes tout dit, on partage des désaccord mais au moins, on les a évoqués", a résumé le nouveau président français qui espère tout juste avancer "sur des solutions communes" avec son homologue russe.

(AFP)

Dans ces montagnes de Colombie où sont nées les Farc il y a 53 ans, Miguel Angel Pascuas, l'un de leurs fondateurs, est revenu célébrer le dernier anniversaire en armes de cette guérilla désormais sur le chemin de la paix.

Le légendaire "sergent Pascuas", aujourd'hui âgé de 76 ans, a pour la première fois depuis plus de 30 ans remis le pied à Marquetalia, là où, à l'issue d'une insurrection paysanne, ont été fondées le 27 mai 1964 les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes).

(AFP)

La chancelière allemande Angela Merkel a qualifié de "quasiment révolue" l'époque où la confiance prévalait, dans une apparente allusion à la relation entre l'Europe et les Etats-Unis, mise à rude épreuve lors du voyage en Europe du président américain Donald Trump.

"L'époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue. C'est mon expérience de ces derniers jours", a dit Mme Merkel lors d'un meeting à Munich, dans le Sud de l'Allemagne.

(AFP)

Pyongyang a procédé lundi à un nouveau tir de missile qui s'est abattu en mer dans la zone économique exclusive du Japon, suscitant des condamnations des capitales étrangères dans un contexte de tensions sur la péninsule.

Il s'agit du troisième tir nord-coréen en trois semaines et du 12e depuis le début de l'année, alors que de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU interdisent à Pyongyang de poursuivre ses programmes balistique et nucléaire, et que Washington menace le pays d'une intervention militaire.

(AFP)

Une semaine après l'attentat suicide à Manchester, la police britannique a arrêté lundi un 14e suspect et les services de renseignement enquêtaient sur la façon dont ont été traités plusieurs signalements de Salman Abedi avant qu'il ne passe à l'acte.

La police a par ailleurs publié une nouvelle photo du kamikaze avec une grande valise bleue à roulettes. Elle n'a pas été utilisée dans l'explosion qui a tué 22 personnes, dont sept mineurs, mais l'auteur a été vu avec dans le centre-ville le jour de l'attentat, a indiqué la police en lançant un nouvel appel à témoin.

(AFP)

Enorme surprise à Cannes: la Palme d'or a été attribuée dimanche au film suédois "The Square", réalisé par Ruben Östlund, une comédie féroce qui tourne en dérision le monde de l'art et de la bonne société.

Ostlund, qui avait remporté le prix du Jury 2014 dans la catégorie "Un certain regard" pour "Force majeure", apporte à la Suède sa première Palme.

(AFP)

Des dizaines de milliers de motards défilaient dimanche au coeur de Washington pour "Rolling Thunder", un pèlerinage pétaradant et bon enfant en l'honneur de tous ceux qui ont servi sous le drapeau américain.

Les motos venues de tous les Etats-Unis, souvent ornées de grandes bannières étoilées, ont roulé autour du Mall, la grande esplanade au centre de la capitale fédérale, sous les yeux de dizaines de milliers de spectateurs.

(AFP)

Donald Trump a affiché sa "confiance totale" en son gendre et proche conseiller Jared Kushner, alors que les spéculations vont bon train à Washington sur de possibles réorganisations à la Maison Blanche, secouée par des révélations sans fin sur l'affaire russe.

"Jared fait du très bon boulot pour le pays (...) Il est respecté par virtuellement tout le monde et travaille à des projets qui vont permettre à notre pays d'économiser des milliards de dollars", a dit le président américain dans une déclaration au New York Times, dimanche soir.

"J'ai une confiance totale en lui."

(AFP)

Donald Trump, qui s'est donné jusqu'à la semaine prochaine pour sa "décision finale" sur le maintien ou non des Etats-Unis dans l'accord de Paris, apparaît plus isolé que jamais dans la lutte contre le réchauffement, soulignent experts et ONG.

"Je prendrai ma décision finale sur l'accord de Paris la semaine prochaine !" a tweeté le président américain avant de quitter samedi Taormina (Sicile) après le G7.

(AFP)

Les victimes civiles sont inévitables dans la guerre contre le groupe Etat islamique en Irak et Syrie, mais les Etats-Unis font "tout ce qui est humainement possible" pour les éviter, a déclaré dimanche le secrétaire à la Défense Jim Mattis.

Les Etats-Unis et une coalition internationale mènent depuis 2014 des frappes aériennes en Irak et Syrie contre le groupe Etat islamique, qui selon des ONG provoquent de plus en plus de victimes civiles.

Ces victimes "sont un fait de la vie dans ce genre de situation", a déclaré dimanche M. Mattis sur CBS.

(AFP)

Le président brésilien Michel Temer, fragilisé par de graves accusations de corruption, a réitéré dimanche sa ferme intention de maintenir le cap des réformes visant à sortir le pays de la récession, malgré les appels à la démission qui se multiplient.

"Le Brésil ne s'est pas arrêté et ne va pas s'arrêter, malgré la crise politique que, je le reconnais, nous sommes en train de traverser", a affirmé le chef d'État dans une tribune publiée dans le journal Folha de Sao Paulo.

(AFP)

Manchester a retrouvé dimanche un visage conquérant à l'occasion de son traditionnel semi-marathon qui a réuni des dizaines de milliers de coureurs, tandis qu'un douzième suspect a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur l'attentat qui a fait 22 morts lundi.

Les habitants de la grande ville du Nord-Ouest de l'Angleterre se sont pressés contre les barrières installées le long du parcours pour encourager bruyamment les coureurs et exprimer leur attachement à leur cité.

(AFP)

Les autorités américaines sont prêtes à interdire les ordinateurs portables en cabine sur tous les vols à destination des Etats-Unis en raison d'une "menace réelle", a indiqué dimanche le ministre de la Sécurité intérieure, John Kelly.

"Il y a une menace réelle (...) C'est vraiment l'obsession des terroristes : abattre un avion en vol, particulièrement un avion américain, bondé d'Américains à bord", a déclaré John Kelly sur la chaîne Fox News.

(AFP)

Perquisitions, mises sur écoute, délations récompensées, condamnations de politiciens de tous bords: l'enquête sur l'affaire Petrobras fait un grand ménage dans les écuries d'Augias de la démocratie brésilienne, au risque, selon certains, de la transformer en une "République de Juges".

(AFP)

Le président français Emmanuel Macron a annoncé dimanche la libération d'un Français qui avait été "enlevé le 1er mars dans l'est de la République démocratique du Congo" (RDC), dans un communiqué de l'Elysée.

Le chef de l'Etat a félicité l'ensemble des acteurs qui ont oeuvré à sa libération, "en particulier les autorités de la République démocratique du Congo pour leur mobilisation et l'efficacité de leur action".

L'Elysée, interrogé par l'AFP, n'a pas fourni de précisions sur son identité.

(AFP)

Le 30 mai 1967, le pays igbo, dans le sud-est du Nigeria, fait sécession. Moins de trois ans plus tard et au prix d'un impitoyable blocus et plus d'un million de morts, principalement de famine et de maladies, la "République du Biafra" est rayée de la carte.

- Sécession du riche Biafra -

Le 30 mai 1967, le gouverneur militaire du Nigeria oriental, Odumegwu Ojukwu, proclame la "République indépendante du Biafra", deux jours après la décision du chef de l'Etat Yakubu Gowon de diviser la fédération en 12 Etats dont trois pour le sud-est du Nigeria, réserve pétrolière du pays.